Quand un bâtiment ouvre ses yeux métalliques sur la ville

le
0

EN IMAGES - À Nancy, le Quai Ouest est un grand bâtiment aux façades d’inox, qui compte pas moins de 650 fenêtres en forme d’œil. Découverte.

Un bâtiment d’une rare singularité. Et au charme peut-être aussi inoxydable que l’enveloppe d’acier qui le recouvre avec ses 650 fenêtres oblongues et leurs paupières métalliques que l’on verrait presque cligner à certains moments, dans un subtil effet de reflet avec le soleil et les nuages. Nous nous trouvons devant le Quai Ouest, à Nancy, dans l’est de la France. L’édifice d’environ 10.000 mètres carrés a été dessiné par l’architecte parisienne Anne Démians. «J’ai pensé le Quai Ouest comme un bâtiment compact, qui serait immédiatement lu et compris, explique-t-elle. La grande densité perceptible est adoucie par la légèreté glissante de l’inox, ramenant les effets changeants du ciel sur les surfaces exposées et par les fenêtres au dessin inédit.»

Le chantier a été surveillé de près. On en attendait beaucoup. Son emplacement - sur les rives de la Meurthes - est un spot très apprécié par les nancéens. «Si l’on grossit un peu le trait, c’est un peu l’équivalent du Canal Saint-Martin à Paris», explique Anne Démians avec un sourire. Mais si l’on attendait beaucoup du Quai Ouest, c’est aussi parce qu’il est entouré de plusieurs monuments de l’architecture nancéenne! L’incontournable place Stanislas, à quelques centaines de mètres notamment, mais aussi l’école d’architecture de la ville, construite il y a une vingtaine d’années.

Mais surtout, «nous étions surveillés par l’urbaniste Alexandre Chemetoff - dont le jardin d’eau est situé de l’autre côté de la rive! L’enjeu était d’être à la hauteur des attentes, et Quai Ouest n’a souffert d’aucun recours», explique Laurent Mourey, directeur du développement chez Cirmad, filiale de Pertuy Construction.

Même à l’intérieur, l’impression d’être dehors

Quai Ouest comporte une cour intérieure, elle-aussi située entre trois grandes façades en inox. Cet espace de convivialité partagé est éclairé par les reflets changeants du ciel, qui viennent miroiter dans l’inox. À l’intérieur, on retrouve des bureaux - notamment le siège de Pertuy Construction, filiale de Bouygues - une résidence hôtelière et des commerces. À l’intérieur des bureaux, surprise: les fenêtres laissent passer la lumière jusqu’au cœur du bâtiment. On a ainsi l’impression d’être en contact permanent avec l’extérieur... «On peut quasiment voir les gens des immeubles voisins prendre leur douche!», plaisante Matthieu Fiorani, chef de projets environnement, industrie et ouvrages chez Pertuy Construction.

Pari réussi, donc. «Quai Ouest agit comme un phare visible sur le boulevard qui le longe et se distingue par sa modernité architecturale. Je n’aurais jamais accepté une architecture qui blesse le patrimoine historique de la ville», explique André Rossinot, ancien maire de Nancy et actuellement Président du Grand Nancy. Il est vrai que la ville est une référence en matière d’architecture. Et la reconquête des rives de Meurthe en est un symbole: 300 hectares en cours d’urbanisation qui prolongent la ville en lui offrant une nouvelle centralité contemporaine.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant