Quand Soren Lerby avait le don d'ubiquité

le
0
Quand Soren Lerby avait le don d'ubiquité
Quand Soren Lerby avait le don d'ubiquité

"Aime-moi deux fois" chantait Jim Morrison, sans savoir pourquoi. Alors, le 13 novembre 1985, le grand joueur danois Søren Lerby a joué avec sa sélection, qui disputait un match décisif à Dublin, avant de remettre le couvert le même jour, avec le Bayern Munich, dans la Ruhr. Récit d'une odyssée.

Søren Lerby était un peu trop demandé ce jour-là. Sur l'agenda du grand blond, un huitième de finale de Coupe d'Allemagne avec le Bayern Munich, mais aussi un match éliminatoire du Danemark face à l'Éire. Des deux engagements, celui avec sa sélection était évidemment prioritaire aux yeux bleus du Danois, puisque se trouvait en jeu rien de moins que la première qualification du pays nordique pour la Coupe du monde. Problème : Bayern et Danemark veulent tous deux leur Lerby, leader et titulaire indiscutable au sein des deux équipes. L'harmonisation des calendriers n'est pas encore à l'ordre du jour, mais la culture du compromis à l'allemande va toutefois permettre d'arranger l'affaire. Au moins en théorie...

Quand Uli suit Lerby


Un accord est trouvé. Uli Hoeness, manager du Bayern, et Sepp Piontek, l'entraîneur allemand du Danemark, se tapent dans la main. Le pacte veut que Lerby puisse défendre les couleurs de sa sélection, mais à une condition : si le match est plié, le milieu offensif de 27 ans doit être remplacé pour rentrer au plus tôt en Allemagne, afin de participer au huitième de finale de Coupe d'Allemagne sur le terrain du VfL Bochum. Pour comprendre cette insistance bavaroise, il faut rappeler qui est Lerby : avant de rejoindre le Bayern, l'homme a notamment remporté cinq fois le championnat des Pays-Bas avec l'Ajax. Sa force de frappe, sa vision de jeu et son abattage le situent parmi les meilleurs milieux de terrain d'Europe. En 1988, il soulèvera d'ailleurs la Ligue des champions avec le PSV Eindhoven. Ce joyau, Hoeness le choie, au point de faire le voyage avec lui en République d'Irlande. Car le timing est serré. À Dublin, le coup d'envoi est donné à 15h (16h en Allemagne), et c'est à 20h que le match de Coupe d'Allemagne débutera. En cas d'anicroche ou de réticence danoise, Hoeness préfère être près de son joueur.

Youtube
Depuis les tribunes de Lansdowne Road, Uli Hoeness se mue un curieux supporter de Michael Laudrup et consorts. Le manager du Bayern souhaite ardemment leur large victoire pour mieux leur ôter l'un de leurs meilleurs éléments. À trente ans de distance, on peut donc imaginer aisément la colère rentrée du manager quand l'Irlandais Francis Stapelton ouvre le score à la sixième minute. Loin…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant