Quand Sarkozy joue au président bis

le
7
Quand Sarkozy joue au président bis
Quand Sarkozy joue au président bis

Comme un air de diplomatie parallèle. En 2007, tout juste investi président, Nicolas Sarkozy s'était envolé pour Berlin pour rencontrer Angela Merkel. Fraîchement élu président de l'UMP, il rêvait de rééditer l'opération en participant aujourd'hui au congrès de la CDU à Cologne, en Allemagne, où la chancelière doit être réélue triomphalement à la tête de son parti. Manière de réveiller le souvenir du tandem « Merkozy » et d'envoyer une savoureuse « carte postale » à son successeur à l'Elysée. Las, Merkel ne veut pas se fâcher avec François Hollande, même si elle ne se prive pas de déplorer le manque de réformes en France. Tombée à l'eau, la visite a été prudemment renvoyée à janvier. A la place, Sarkozy verra les sénateurs UMP... « Il a été habitué à être reçu avec les honneurs, mais les Allemands n'allaient pas accueillir le président d'un parti, glisse un cadre UMP. Ç'aurait été une très mauvaise manière faite à Hollande. »

Collectionner les photos avec les grands de ce monde

Vous avez dit président bis ? Depuis sa défaite, Sarkozy s'immisce volontiers dans le domaine réservé du chef de l'Etat : les affaires étrangères. Quatre-vingt-treize jours seulement après sa défaite, en août 2012, il avait dégainé un communiqué dénonçant son inaction sur la Syrie. « Je voulais pourrir l'été de Hollande », confiait-il alors en privé. Et il n'a pas hésité à critiquer l'intervention militaire au Mali. En mai, son entourage avait aussi fait fuiter que le roi Juan Carlos d'Espagne l'avait informé de sa décision d'abdiquer... un jour avant Hollande. En juin, enfin, il avait grillé la politesse au président en déjeunant avec Vladimir Poutine dans sa datcha sur les rives de la mer Noire... trois jours avant la venue du maître du Kremlin à l'Elysée. Le chef de l'Etat le sait, il va donc falloir compter désormais sur la scène internationale avec son ennemi juré. Selon certains de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mardi 9 déc 2014 à 14:52

    s’en bat les K… :F Hollande, 32 ans de droits pour 3 ans de travail à la Cour des comptes. Soit une retraite de 5 000 €/ bruts/mois; s'ajoutent 6 000 € / fonctions locales, puis 6 800 €/ fonctions de parlementaire, et 6 000 €/ retraite de Pdt de la République et encore 12 000 € (futur) membre du Conseil constitutionnel !...Soit + de 35 000 €/mois. Belle la vie de nos Elus politicards mafieux...Moyenne en France: 1 200 €?... ça interpelle sur les prochains votes !...

  • 90342016 le mardi 9 déc 2014 à 14:01

    censseur démocratie toi jamais conaitre__le roi sarkoléonne dit le nain le roi des menteurs roi des casserole qui doit 600milliard et 15 million euros

  • M5974497 le mardi 9 déc 2014 à 13:44

    C'est normal comme dans toutes les démocraties le chef de l'opposition à autant de poids politique que le chef en place mais au moins il atténue les mauvais choix qui pourraient être faits puisque c'est lui qui sera «pris» avec les décisions de l'autre pendant son mandat. D'ailleurs à voir la désillusion actuelle des françaises et des français c'est la moindre des choses que la voix de l'opposition soit présente.

  • M2723293 le mardi 9 déc 2014 à 13:14

    La revanche perso ne peut etre une motivation légitime pour obtenir le poste supreme.La revanche sur la cour d'école de Neuilly a déjà eu sa compensation en 2007. Deux ce serait anti démocratique.

  • aerosp le mardi 9 déc 2014 à 13:09

    voyou

  • M1461628 le mardi 9 déc 2014 à 12:51

    M.Sarkosy Ou sont les 50 millions lybiens ?

  • M4958114 le mardi 9 déc 2014 à 12:41

    pauvre type !!