Quand Ronnie dansait la samba au Vélodrome

le
0
Quand Ronnie dansait la samba au Vélodrome
Quand Ronnie dansait la samba au Vélodrome

Le parfum exaltant des grands rendez-vous, la clameur de 55 000 spectateurs et l'expression d'un talent unique. En mars 2003, cet OM-PSG à la tension exacerbée accouche du récital d'un seul homme. D'un génie intermittent qui a éteint le Vélodrome. Ce soir-là, il y avait Ronaldinho et les autres.

Cette nuit lui appartenait entièrement. Du début à la fin. Même treize ans après, quand il s'agit d'évoquer ce match devenu si particulier, son nom sonne comme une évidence. C'était le 9 mars 2003 mais, au fond, c'est comme si c'était hier. Ce jour-là, au Vélodrome, il y avait lui et les autres. Ronaldinho et le commun des mortels. "Ça reste un souvenir douloureux, très douloureux même. Surtout quand tu es tatoué OM à vie, lâche en préambule Fabio Celestini, ancien milieu phocéen présent sur la pelouse lors de cette soirée, mais réduit au rang de simple spectateur. Pour moi, ce soir-là, c'était Ronaldinho. Juste lui. Rien d'autre". Comment prétendre le contraire tant le Brésilien avait alors survolé les débats ? Intenable, virevoltant, déroutant, stupéfiant par moments.

Les superlatifs manquaient pour décrire la prestation de celui qui était alors considéré comme l'une des plus belles promesses du football mondial. J'ai marqué durant la plupart de ces matchs, dont un au Vélodrome. C'était lors de la première victoire du PSG là-bas depuis un long moment. J'aime encore le PSG.Ronaldinho"C'est un match qui est resté dans les annales, ne serait-ce déjà que pour la prestation du joueur, confie Frédéric Déhu, défenseur parisien à l'époque. Ronnie a ébloui la rencontre de toute sa classe, de tout son talent ". Puisque les moments les plus exquis se savourent généralement avec du recul, le Ballon d'or 2005 est revenu l'année dernière sur ce fait d'armes qui a forgé sa légende, non sans une once de nostalgie : "Les derbys contre Marseille sont ceux dont je me rappelle le mieux, j'ai marqué durant la plupart de ces matchs, dont un au Vélodrome. C'était lors de la première victoire du PSG là-bas depuis un long moment. J'aime encore le PSG". Tant d'amour étalé valait bien un petit retour dans le temps.

Champion du monde, banquette et grands rendez-vous


À l'aube de l'ouverture de l'exercice 2002-2003, le Paris Saint-Germain sort d'une saison encourageante avec une quatrième place synonyme de qualification pour la Coupe de l'UEFA. Ronaldinho, lui, est entré dans une nouvelle dimension. Dans la foulée d'une année d'acclimatation…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant