Quand Ronaldinho enflammait un PSG-OM au Parc

le
0
Quand Ronaldinho enflammait un PSG-OM au Parc
Quand Ronaldinho enflammait un PSG-OM au Parc

De Ronaldinho face à l'OM, on se souvient surtout de son match mémorable au Vélodrome un soir d'avril 2003. Dommage car, c'est passer sous silence le premier acte de la saison 2002-2003, celui du Parc des Princes. Ce soir-là, dans une ambiance assez savoureuse, le Brésilien avait planté un doublé dans les gencives de l'OM et donné l'occasion à son entraîneur, Luis Fernandez, de danser sur le bord de touche. C'était un Ronnie des grands soirs.

En 2002, Ronaldinho est champion du monde. Il a vingt-deux ans et s'apprête à entamer sa deuxième saison dans la capitale. Les cheveux sont plus longs, il a troqué son numéro 21 pour le 10. En théorie, le Brésilien doit marcher sur la Ligue 1. Sauf qu'à son retour, le Gaucho se heurte à Luis Fernandez qui a sa propre idée de la gestion du Brésilien... D'ailleurs, avant la troisième journée de Ligue 1 contre Ajaccio, Luis fait le show en conférence de presse. Les mots sont choisis. Pour faire mal. "Sans Ronaldinho, on en est déjà à quatre points après deux matchs, alors que, la saison passée, après sa participation à la deuxième journée, on n'avait que deux points...", lâche l'homme à la sucette. Durant le match, Ronnie n'entrera qu'à l'heure de jeu, après que Luis Fernandez lui a fait plusieurs fausses joies sur son entrée et a déjà effectué deux remplacements.

Ce soir-là, entre les deux hommes, le lien se brise, et le début de saison du Brésilien est quelconque avant la réception de l'OM, fin octobre : deux buts, dont un penalty, et une passe décisive. Ce match, Ronnie l'attend depuis un mois. Tout le monde l'attend, d'ailleurs. Le match se joue à 17 heures. Il fait jour et la température est bonne. Le Parc s'habille pour l'occasion et les Tigris Mystic sortent un tifo sur le thème de la "guerre" avec une banderole qui résume le match : "À match différent, esprit différent". Ce match est anormal. Alors que Luis Fernandez travaille en 5-3-2 toute la semaine, il change tout la veille du PSG-OM et sort un 4-4-2 de sa manche. Sur la feuille de match, ce coup de bluff sera maintenu jusqu'au bout puisqu'Alain Perrin, alors coach de l'OM, voit Lionel Potillon laisser sa place à Batho Ogbeche sur la feuille de match au dernier moment. En face, Perrin envoie un bus avec huit joueurs à vocation défensive. Erreur. Pour la première fois depuis longtemps, le match sera plaisant, la première mi-temps en tout cas, pas de coups, pas de tacles assassins, des gestes techniques, du soleil, des chants et un génie, là, posé sur la pelouse du Parc.

Ronnie dans son…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant