Quand Rennes cartonnait à domicile

le
0
Quand Rennes cartonnait à domicile
Quand Rennes cartonnait à domicile

Bien avant les prestations au petit relief de cette saison, Rennes enfilait les buts avec un Monterrubio, ancien Nantais à la passe, un Frei à la conclusion et un Bölöni sur le banc. Lors de la saison 2004-2005, les Rouge et Noir décrochent même leur première qualification pour la Coupe de l'UEFA, portés presque uniquement par leurs démonstrations à domicile. Le Roazhon Park, face à Nantes ce dimanche, ne demande que ça.

Ce n'est sûrement pas ce qui marque le plus son parcours et pourtant : l'ère de Raymond Domenech à la tête des Bleus a débuté là, un soir d'août 2004. C'est à Rennes et face à la Bosnie (1-1) que l'entraîneur aux gros sourcils a entamé son mandat chaotique avec l'équipe de France. Deux ans avant la finale de la Coupe du monde, quatre avant sa demande en mariage à Estelle Denis et six avant Knysna. Voir débuter Raymond sur les terres d'un club dont les sujets de moqueries ne manquent pas pourrait faire sourire. Cette année-là pourtant, Rennes ne fera pas rire grand monde dans son enceinte fraichement retapée. Et offrira quelques orgasmes répétés à un public trop longtemps sevré de spectacle. L'équipe aguiche avec du jeu, des buts et du gros gibier accroché au tableau de chasse (le PSG de Pauleta et Reinaldo, l'OM de Barthez, Lizarazu et Pedretti…). Tout le contraire de ce qu'il s'y passe cette année où l'incapacité à faire du jeu frustre le public du nouveau baptisé Roazhon Park, malgré le frisson Ousmane Dembélé. Avant-dernière équipe à domicile quand Philippe Montanier était aux commandes, Rennes a (un peu) relevé la tête depuis l'arrivée de Rolland Courbis avec trois victoires à l'arrache face au Gazelec, Angers, et Toulouse, avec des buts inespérés en fin de partie. Rien de comparable à ce qu'il s'y passait il y a onze ans.


A l'époque, on ne s'emmerde pas Route de Lorient. Les victoires à deux, trois ou quatre buts d'écart sont presque la norme. Seuls Lyon et Lille, les deux premiers à l'issue de la saison, s'y imposeront. Même Nantes, que Rennes retrouve ce dimanche (17h) au Roazhon Park, y passe (1-0) entre deux roustes infligées la saison d'avant puis celle d'après (deux fois 0-3). Au final, Rennes présente le deuxième meilleur total de points à domicile (à une longueur de Lyon) et la deuxième meilleure attaque (35 buts). " Le public rennais était très chaleureux mais aussi exigeant, se souvient Laszlo Bölöni, l'entraîneur à l'époque. On se demandait ce qu'il fallait changer, on se préoccupait beaucoup de ce sujet. Je crois qu'on a gagné notre pari avec eux. "







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant