Quand Pompey renaît de ses cendres

le
0
Quand Pompey renaît de ses cendres
Quand Pompey renaît de ses cendres

Du paradis d'une victoire en Cup devant tout un peuple à l'enfer d'une crise financière accablante, Portsmouth FC a vécu une dernière décennie agitée. Passé tout près de disparaitre puis repris en main par ses supporters, le club se reconstruit désormais, pas à pas, en D4.

Le coup de sifflet final vient à peine de retentir et les tribunes de Fratton Park sont déjà clairsemées. Par dizaines, ils ont quitté l'enceinte de Portsmouth FC depuis la 78e, lorsqu'une relance foireuse de la défense centrale des locaux s'est soldée par le deuxième but de Newport County. Ce samedi après-midi de mars, l'équipe galloise en a même planté un troisième (3-0) sur les bords de la Manche. Mais ça n'empêche pas les joueurs de Portsmouth de venir saluer Fratton End. Depuis le kop résonnent encore les chants et les applaudissements de la Blue Army, fidèle à son équipe durant 90 minutes. Une ambiance qui ne ferait pas tâche en Premier League, bien au contraire, sauf que depuis le temps où Peter Crouch, Nwankwo Kanu et autre Niko Kranjčar portaient la tunique bleue frappée du croissant et de l'étoile, de l'eau a coulé sous les cales du HMS Victory, le vaisseau orchestré par l'amiral Nelson lors de la bataille de Trafalgar, réhabilité en musée de l'autre côté de la ville maritime.

Plus dure sera la chute


Vainqueur de la Cup en 2008 et finaliste une nouvelle fois en 2010, Portsmouth a dégringolé depuis en League One (D4), caressant même dangereusement la zone de relégation vers l'échelon semi-professionnel et amateur. Surtout, le club le plus prestigieux du sud de l'Angleterre (34 saisons dans l'élite, deux titres de champion successifs en 1949-50 ainsi qu'une paire de Coupes remportées en 1939 et donc en 2008) a bien failli disparaitre. Envouté par les chants des sirènes de Tottenham, Harry Redknapp met les voiles à l'automne 2008 et laissera le souvenir amer, malgré le trophée soulevé quelques mois plus tôt à Wembley, d'un capitaine qui a précipité le naufrage de son navire. Criblé de dettes, Pompey enquille les entraineurs, chamboule son effectif et passera toute la saison 2009-10 dans la peau de la lanterne rouge. Et l'éclaircie d'une nouvelle épopée en Cup (défaite 1-0 en finale face à Chelsea) n'y changera rien. Placée une première fois sous administration judiciaire début 2010, la patate chaude qu'est devenu le club depuis la gestion…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant