Quand Pharrell Williams fait vibrer les toits de Téhéran

le
0
Sept jeunes Iraniens réinterprétant le tube Happy de Pharrell Williams sur les toits de Téhéran.
Sept jeunes Iraniens réinterprétant le tube Happy de Pharrell Williams sur les toits de Téhéran.

Qui a dit qu'on ne faisait pas la fête en République islamique ? Bandana coloré, veste flashy, rouge à lèvres pétant ou chapeau melon, sept Iraniens se sont filmés alors qu'ils se trémoussaient sur "Happy". Solos endiablés, duos plus épicés ou même acrobaties, les jeunes artistes - modèle professionnel, photographe ou réalisateur - ont réinterprété à leur manière le succès planétaire de Pharrell Williams. Rien de neuf a priori, le monde entier ayant repris le tube pop-soul, de Kiev à Abidjan, en passant par Tokyo et Kingston. REGARDEZ. Sept jeunes Iraniens reprennent "Happy" de Pharrell Williams : Sauf qu'en République islamique, il est tout simplement interdit d'écouter une telle musique, encore plus de danser dessus en public, sous peine de se voir infliger une salve de coups de fouet. Ainsi, c'est sur les toits de Téhéran, là même où nombre d'Iraniens hurlaient en 2009 leur indignation face à la sanglante répression du Mouvement vert, que les sept amis se sont réunis. "Nous voulions dire au monde entier que la capitale iranienne fourmille de jeunes pleins de vie afin de changer l'image très dure [de l'Iran] que véhiculent les médias", explique au site d'information Iranwire Néda, l'une des interprètes de "Happy", qui a troqué son foulard islamique obligatoire contre une magnifique chevelure bouclée ébène. Les jeunes en Iran "ont des moments de joie, même s'ils vivent avec beaucoup de difficultés", souligne-t-elle....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant