Quand Pelé et Santos s'amusaient au Parc des Princes

le
0
Quand Pelé et Santos s'amusaient au Parc des Princes
Quand Pelé et Santos s'amusaient au Parc des Princes

Pelé n'a pas souvent eu l'occasion de croiser le fer avec des joueurs français. Bien sûr, il a malmené la France en demi-finale de la Coupe du monde de 1958. Mais en 1960 et 1961, le Santos du Rei s'est permis d'écraser le fameux tournoi de Paris, sous les yeux ébahis du public – pas encore Disneyland - du Parc.

Quand il foule le sol parisien en 1960, Édson Arantes do Nascimento, plus connu sous le nom de Pelé, a beau n'avoir que 19 ans, il est déjà connu partout dans l'Hexagone. Deuxième meilleur buteur – derrière Just Fontaine – et plus jeune vainqueur de la Coupe du monde suédoise, le futur roi avait pris soin de faire pleurer la France en demi-finale de la compétition. Bien muselé en début de match, le génie auriverde avait fini par dérouler en fin de partie pour planter les trois dernières banderilles de son équipe qui finira par infliger un sévère 5-2 aux Bleus. Deux ans plus tard, en 1960, donc, la France organise sa revanche à l'échelle des clubs, en invitant le légendaire Santos au défunt Tournoi de Paris, compétition de pré-saison qui se tenait une semaine avant le début du championnat de France et qui jouissait d'une grande réputation, à des années-lumière des tournois d'été bidons disputés aujourd'hui aux États-Unis ou en Chine. Pensionnaire du Parc des Princes avant le Paris FC et le Paris Saint-Germain, le Racing Paris était alors garant de l'organisation du tournoi, et donc des équipes invitées. Cette année-là, le CSKA Sofia et le Stade de Reims, double finaliste de la Coupe des clubs champions, remplissent le tableau. Pas de poules, seulement une demie, une finale, un vainqueur, et des gros sous à l'arrivée. Le tirage au sort – s'il a un jour existé – offre les Brésiliens aux Rémois pour une finale avant la lettre, et les Bulgares aux hôtes. Pelé contre Kopa, Jonquet et Piantoni, épisode II. L'empire contre-attaque. Ou pas.

La naissance du quintet de rêve


Contexte oblige, la rencontre n'est amicale que sur le terrain. Dans les tribunes, 40 000 supporters se déchaînent à l'idée de voir la crème de la crème en découdre et les Santistas prendre une claque pour laver l'affront suédois. Ironiquement, le match partira aussi vite que le France-Brésil de 1958. Coutinho – le vrai – réalise l'exploit d'ouvrir le score encore plus rapidement que ne l'avait fait Vava dans le stade de Solna, grâce à un travail remarquable de Pelé qui, étalé par terre, réussit tout de même à le servir convenablement. O Rei est au-dessus de tout en ce 8 juin 1960, et son seul but de la partie, quatre minutes plus tard, est bien là pour le prouver. Après avoir bénéficié d'un contre favorable, le…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant