Quand Nicolas Sarkozy sort le parti du chaos

le
0
L'intervention réussie de l'ex-président pourrait être interprétée comme l'annonce de son retour.

«Il faut revoter.» Depuis le début de ce qui est sans doute le plus long cauchemar de la droite à ce jour, Nicolas Sarkozy, très secret en public, répète à ses proches «qu'il faut revoter». «Il a toujours dit et pensé que des écarts de voix aussi faibles justifiaient qu'on annule l'élection», explique l'un de ses collaborateurs. «Même sans parler de tricherie, il peut y avoir eu des erreurs matérielles, c'est ce que décide très souvent le Conseil d'État quand les élections sont contestées», ajoute-t-il. Pour Nicolas Sarkozy, ce raisonnement vaut pour toutes les élections, «y compris pour celles qui se déroulent à l'intérieur d'une formation politique.» Dès le mercredi, il fait passer le message à Jean-François Copé par l'intermédiaire de Brice Hortefeux.

Puis vient le temps d'Alain Juppé, le père fondateur de l'UMP. Nicolas Sarkozy laisse faire. Mais, dans ...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant