Quand Milan s'impose, la Vieille Dame implose

le
0

27 buts, 42 cartons jaunes, trois rouges et un seul match nul. C'est un week-end riche en émotions qui vient de s'achever en Italie. Pendant que les deux clubs milanais engrangeaient les points, la Roma en a profité pour lancer sa saison et s'offrir le scalp du champion en titre. Au pied du Vésuve, Naples n'a pu faire mieux qu'un sinistre 2-2 face à la Samp', tandis qu'à Vérone, la Lazio s'est littéralement effondrée après sa rouste en Ligue des champions.

L'analyse définitive

Au vu des deux premières journées, le championnat italien nous a d'ores et déjà appris une chose : cette année, la Serie A va enfin retrouver un semblant d'équilibre. Fini l'hégémonie turinoise et romaine, les équipes à 102 points et les séries de vingt matchs sans défaite. En 2015/2016, le Calcio s'équilibre et réserve de nombreuses surprises aux tifosi, à commencer par cette première place provisoire du Chievo Vérone qui a étrillé la Lazio 4-0 sans aucune pitié. De son côté, l'Inter new look de Roberto Mancini se défait du piège Carpi (1-2) et enchaîne sa deuxième victoire d'affilée pendant que son rival rossonero triomphe également d'Empoli (2-1). Battues respectivement à Turin et Rome, la Fiorentina et la Juventus ne décollent pas, tout comme le Napoli, accroché sur sa pelouse (2-2) après avoir mené 2-0. Assurément le début de saison le plus excitant depuis quelques années.

L'équipe de la journée

On aurait pu s'attarder sur le Chievo qui, en plus de signer sa seconde victoire en autant de rencontres, a pulvérisé une Lazio méconnaissable (3-0 à la mi-temps, tout de même), mais l'exploit de cette journée revient à Rudi Garcia et ses hommes. Pour la première fois depuis sa prise de fonction à la Roma, le bon sergent est parvenu à faire tomber la Vieille Dame en championnat. Dès l'entame de match, les Giallorossi ont pris à la gorge leurs adversaires en leur imposant un pressing dingue et auraient même pu récolter un penalty après 40 secondes de jeu. Après avoir dominé les débats durant toute la première heure, Miralem Pjanić a joué les Pirlo et a catapulté un coup franc dans la lunette droite d'un Buffon impuissant. La réduction du score de Dybala à trois minutes du terme ne change rien à l'issue du match, puisque Džeko s'était chargé d'assurer la victoire aux Romains huit minutes plus tôt. La Louve triomphe dans son antre et envoie un signal fort à la Vieille Dame. Cette année, il faudra vraiment aller la chercher.

-> Le résumé de la rencontre

L'homme de cette journée : Éder







Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant