Quand Mbokani a été exclu "à vie" de la RDC

le
0
Quand Mbokani a été exclu "à vie" de la RDC
Quand Mbokani a été exclu "à vie" de la RDC

Arrogant, sûr de lui, Dieumerci Mbokani peut montrer certaines faces noires de sa personnalité. Et s'il ne jouera pas la finale de Coupe d'Ukraine ce soir avec le Dynamo Kiev, son exclusion "à vie" de l'équipe nationale congolaise en 2011 est un élément explicatif.

Dieumerci Mbokani ne jouera pas la finale de la Coupe d'Ukraine. Ce jeudi soir, le choc Dynamo Kiev – Shakhtar Donetsk se jouera sans lui. Pourquoi ? Parce que début mai, le Congolais est parvenu à se friter avec son entraîneur, Serhij Rebrov. Parce que ce dernier en avait marre de voir la nonchalance de son attaquant aux entraînements. Parce que malgré son faible rendement - 3 buts en 13 matchs toutes compétitions confondues – le Congolais se prenait pour Dieu et estimait qu'il devait toujours jouer. En deux mots : parce qu'il énerve beaucoup de gens en Ukraine. Malgré un talent indéniable, Mbokani s'est souvent fait remarquer par son caractère ingérable. Et s'il est resté "correct" en club, ça n'a pas toujours été le cas avec sa sélection.

21 buts à 19 ans


31 janvier 2015, aux alentours de 18h50, Dieumerci Mbokani affiche son plus grand sourire : c'est lui le héros national, lui qui vient de qualifier la République Démocratique du Congo pour la ½ finale de la CAN 2015 en s'offrant un doublé contre le Congo (2-4). Alors que son pays était mené 2-0, il sonne la révolte avant, dans les arrêts de jeu, d'assurer la victoire et la première présence des Congolais dans le dernier carré du tournoi depuis 1974. Et pourtant, l'ancien Monégasque n'aurait jamais dû se retrouver là, acclamé comme un héros.

Repéré à 19 ans par Claude Leroy alors qu'il enquille les buts – 21 en 27 matchs - sous les couleurs de New Bel'Or SC (D2), Mbokani honore sa première sélection nationale en 2004. S'il n'est pas sélectionné pour la CAN 2006, il devient de plus en plus indiscutable dans une sélection qui ne parvient néanmoins pas à se montrer efficace sur la scène internationale, étant éliminée dès le premier tour de la CAN 2008 tout en loupant chaque qualification pour la Coupe du monde. Mbokani reste longtemps une des stars de l'équipe jusqu'à ce que le Français Robert Nouzaret prenne les commandes des Léopards, en 2010. Pour dénoncer le manque d'organisation de sa sélection, Mbokani refuse tout d'abord une convocation face à l'Egypte en août. Un mois plus tard, il revient contre le Sénégal avant d'être de nouveau écarté en octobre pour des raisons disciplinaires. Alors qu'il est en pleine galère du côté de Monaco, Dieumerci annonce qu'il ne fera son retour en sélection que lorsque Nouzaret sera parti. Mais, sentant qu'il a fait une erreur, le joueur s'excuse et est rappelé en mars 2011 pour une…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant