Quand Marineland pollue... en douce

le , mis à jour le
0
Le ruisseau, appelé vallon de la Maïre, photographié en octobre 2015, à quelques mètres de la sortie du parc Marineland à Antibes. 
Le ruisseau, appelé vallon de la Maïre, photographié en octobre 2015, à quelques mètres de la sortie du parc Marineland à Antibes. 

Jeudi 17 décembre 2015, Saint-Ouen-l'Aumône, en région parisienne. Pascal Michel s'empare des deux rapports d'analyses du laboratoire Carso posés sur son bureau. Son regard parcourt l'ensemble en vitesse, puis se fige. « Il y a eu un rejet de chlorures et d'hydrocarbures dans ce ruisseau, c'est une évidence », lâche-t-il sans quitter les documents des yeux. Directeur du bureau d'études des milieux aquatiques Hydrosphère, l'écologue est formel : à l'endroit exact où le cours d'eau le vallon de la Maïre traverse la propriété privée de Marineland, les conclusions du plus grand laboratoire de France révèlent une incontestable source de pollution.

Effectués par Le Point.fr sur le site du parc aquatique, les prélèvements analysés par Carso indiquent un taux de chlorures de 408 mg/l, alors que la réglementation nationale estime qu'au-delà de 200 mg/l la qualité de l'eau est « très mauvaise ». Même constat alarmant avec la présence anormale d'hydrocarbures : 31,5 mg/l. Comme on l'avait pressenti, le 13 octobre dernier, en quittant les lieux après une visite chaperonnée par la direction du site, il y avait bien anguille sous roche derrière les grilles du parc animalier. L'affaire était aussi trouble que l'eau du bassin des orques après les inondations destructrices survenues dix jours plus tôt dans les Alpes-Maritimes. Des intempéries qui avaient entraîné la mort de 20 personnes sur la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant