Quand Maradona évoluait avec le FC Séville

le
0
Quand Maradona évoluait avec le FC Séville
Quand Maradona évoluait avec le FC Séville

Le temps de la saison 1992/93, Diego Armando Maradona a défendu le maillot sevillista. Une aventure de courte durée qui a pourtant marqué le FC Séville. Retour sur quelques mois qui mixent Goikoetxea, kilos en trop, divinité et insultes.

"Goiko ! Goiko !" San Mamés, d'humeur taquine, résonne en l'honneur de son ancien défenseur Andoni Goikoetxea, officieux "joueur le plus violent de l'histoire du football", selon le Times. Même la pluie, battante et si peu accueillante, ne peut refroidir l'atmosphère caliente de la Cathédrale. Pour cause, les Basques reçoivent en ce 4 octobre 1992 le FC Séville du néo-Palangana Diego Armando Maradona. Ces retrouvailles entre le football espagnol et le Pibe de Oro se résument alors à 27 minutes, un laps de temps suffisant pour être blessé. Titulaire dans le onze concocté par son compatriote Carlos Bilardo, il évoque, sitôt le coup de sifflet final, cet étrange retour en Liga : "Je suis tombé au sol de douleur. J'ai essayé de me lever, je voulais leur dire : "Je suis ici, sur mes deux jambes. Je suis en vie, vous ne me tuerez pas." Quand j'ai revu l'action à la télé, j'ai pensé que Lakabeg était sur le point de devenir la nouvelle idole de l'Athletic : il m'avait taclé comme Goiko, il y a de ça une décennie. Mais cette fois, j'ai été sauvé." Sauvé, mais pas ressuscité : l'année de Maradona au FC Séville laisse plus de place aux regrets qu'aux succès.

Un come-back face à Bilbao : "L'histoire le voulait"


La courte histoire de Maradona avec le Sánchez-Pizjuán résulte avant tout des problèmes de drogue du Pibe. Condamné à 15 mois de suspension suite à un contrôle positif à la cocaïne enregistré le 17 mars 1991, il est contraint de ranger les crampons. Malgré les appels et autres recours judiciaires, il reçoit même une peine de 14 mois de prison avec sursis de la part des autorités italiennes. Autant de signaux qui, juxtaposés à une bisbille avec le fisc local, le pressent à quitter son Italie adoptive. Premier club intéressé par sa venue, le FC Séville doit faire avec la concurrence de l'Olympique de Marseille. Un combat de séduction de plusieurs semaines que remportent les Andalous grâce à la présence sur leur banc de Carlos Bilardo, sélectionneur victorieux du Mondial 1986. Alors que ce dernier présage que "si Diego ne vient pas, je fais ma valise et je retourne à Buenos Aires", Maradona débarque bien sur les bords du Guadalquivir le 22 septembre 1992. Des heures de tractation entre la FIFA, le Napoli et la direction sevillista plus tard, il jure alors…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant