Quand Lyon dominait encore le PSG

le
0
Quand Lyon dominait encore le PSG
Quand Lyon dominait encore le PSG

Auteur d'une préparation catastrophique, Lyon s'apprête à affronter un Paris-Saint-Germain en pleine forme. Conscients de l'écart qui existe entre eux et le club de la Capitale, les Rhodaniens pourront se raccrocher à un souvenir heureux de l'époque où ils régnaient sur le football français. Lorsque l'OL était encore plus fort que le PSG lors du Trophée des Champions. Une autre époque.

"Grégory Coupet ? Qu'est-ce qu'il m'a fait chier ce jour-là. Et si seulement c'était la seule fois." Ce samedi 31 juillet 2004, Jérôme Alonzo s'en rappelle comme si c'était hier. Au stade Pierre de Coubertin de Cannes La Bocca, l'Olympique Lyonnais et le Paris-Saint-Germain se disputent le si peu convoité Trophée des Champions. Lors de la séance de tirs-aux-buts, l'embrasseur de poteaux a permis au club de la Capitale d'espérer la victoire. "À 22h10, j'arrête le pénalty de Malouda et je me dis que c'est fini pour eux. Deux minutes plus tard, Greg' sort le grand jeu. C'est fini, mais pour nous. Un ascenseur émotionnel très violent", se souvient-il. Dans la forme de sa carrière, le gardien lyonnais est parvenu à stopper les tentatives des Parisiens Armand et Touré. "C'est dommage parce que le match où je sors deux pénos je ne m'en souviens pas", avoue Coupet. Grâce à son portier, Lyon s'adjuge le premier titre de la saison. La logique de l'époque est respectée.

Destins inversés


La saison 2003-2004 est terminée, mais son souvenir est encore présent dans les mémoires des 22 acteurs. Pendant un an, les Parisiens et les Lyonnais se sont tirés la bourre en championnat, mais à la fin, c'est bien l'OL qui est devenu champion de France. Pour trois petits points. "On vient de faire une saison exceptionnelle avec une incroyable période d'invincibilité. On est tous animé par ce sentiment de revanche à l'idée de recroiser Lyon", raconte l'ancien capitaine du PSG, José-Karl Pierre Fanfan. "Le champion de France contre le vice-champion, soit le même scénario que la rencontre de ce soir, mis à part que les rôles sont inversés. Déjà en 2004, c'était une énorme affiche", répond Bryan Bergougnoux qui était encore à l'OL à l'époque. Les deux formations se sont présentées à Cannes avec la ferme intention de remporter le match.

Trophée des Champions ou pas, un titre reste un titre. "En face de nous, on avait le grand Lyon, celui qui allait devenir septuple champion de France. Malgré cela, on voulait vraiment gagner", confie Bernard Mendy. Côté parisien, on enregistre les absences de plusieurs cadres, à savoir Cana, M'Bami ou encore Rocchi. Si, si. Lyon, quant à lui, dispose de toutes ses forces vives. "On avait une grosse équipe et un joueur de classe Mondial, en l'occurrence…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant