Quand les trolls font la loi sur Twitter

le
0
Quand les trolls font la loi sur Twitter
Quand les trolls font la loi sur Twitter

Ecoeurés par des flots d'insultes ou de menaces sur les réseaux sociaux, de plus en plus de stars et de journalistes ferment leurs comptes Twitter ou Instagram, accusés de devenir, par leur passivité, des "facilitateurs de haine". Dernier en date, Justin Bieber, star mondiale aux 78 millions de fans sur Instagram, a quitté le réseau après des insultes contre sa nouvelle petite amie. Plus grave, les "trolls", surnom de ces insulteurs protégés par l'anonymat, déversent publiquement et sans tabou des torrents d'injures racistes, sexistes ou homophobes, allant jusqu'aux menaces de viol ou de mort. Ce phénomène, qui peut toucher tout un chacun, est mis en évidence lorsqu'une star claque bruyamment la porte.Choquée par des propos racistes et misogynes, Leslie Jones, seule vedette noire du dernier "Ghosbusters", a fermé son compte Twitter en juillet. "Twitter je comprends la liberté d'expression, mais il faut des règles quand vous laissez cela se répandre", a-t-elle regretté en racontant avoir vécu "un enfer personnel". Cette fois, son appel a porté : le PDG de Twitter l'a contactée et certains de ses harceleurs ont été suspendus. Mais c'est loin d'être monnaie courante.Le hashtag #ModereCommeTwitter a fédéré cette semaine ceux qui ironisent sur la réactivité à géométrie variable du réseau, prompt selon eux à bloquer les reproductions de photos des JO sous copyright -- ce qui vient d'arriver au site d'info Breaking3zero - mais qui laisse le champ libre aux comptes racistes ou homophobes.Début août, l'actrice Daisy Ridley, héroïne du dernier "Star Wars", a quitté Instagram, prise pour cible par des internautes d'extrême-droite après un message contre la violence par armes à feu.La semaine dernière, la chanteuse noire du groupe Fifth Harmony, Normani Kordei, victime de messages racistes, a elle aussi quitté Twitter. - 'Pas une infraction' -Très présents sur Twitter, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant