Quand les statistiques du jour perdent de leur sens

le
0

La semaine qui commence va ressembler à la semaine dernière : les chiffres qui d'ordinaire guident les investisseurs dans leurs décisions perdent beaucoup de leur sens du fait de l'énormité d'événements extérieurs à la sphère financière. Les hostilités en Libye et les catastrophes qui frappent le Japon vont jouer un rôle bien plus grand que le nombre de logements anciens vendus en février (attendu lundi en légère baisse) ou les commandes de biens durables (attendues jeudi en hausse) pour dicter la marche de Wall Street.

L'incertitude est certes la norme à Wall Street. Mais le degré élevé de doute sur l'interprétation des signaux donnés par les entreprises et l'économie devient stratosphérique lorsque des facteurs exogènes aussi imprévisibles que l'écrasement de révolutions dans des pays producteurs de pétrole et la paralysie de l'économie japonaise, viennent troubler les prévisionnistes. Vu sous cet angle on peut même dire qu'il est remarquable que Wall

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux