Quand les mères en font trop

le
0
À vouloir être de parfaites éducatrices, certaines femmes s'épuisent jusqu'à faire un « burn-out maternel ».

«Trop». Quand vous observez certaines femmes avec leurs enfants, vous remarquez que le curseur semble être mis sur «trop»: trop d'attention - elles ont le regard rivé sur le moindre geste de leurs petits, ne s'intéressent à rien d'autre -, trop d'exigence - elles veulent que leur progéniture soit nourrie, vêtue et éduquée au «top» -, trop d'investissement - elles ne parlent plus que de cela: l'éducation et leur maternité. Bref, en devenant mères, ­elles se sont comme transformées en satellites de nouveaux êtres qui occupent totalement leur corps, leurs pensées, leurs journées. Aux États-Unis, on a même créé un terme pour évoquer cette inflation éducative: l'«over-parenting» ou le fait d'un parent «hélicoptère» qui manifeste une anxiété excessive pour ses petits, rêve pour eux d'accomplissements irréalistes et les gâte trop.

On peut s'interroger s...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant