Quand les médecins dépensent moins que prévu

le
0
Pour la quatrième année consécutive, les dépenses de soins de ville sont inférieures à ce qui était budgété.

Les économies imprévues ne courent pas les rues en période de crise. C'est pourtant ce que l'Assurance-maladie observe en 2013 pour les dépenses de soins de ville, alors que le budget de la Sécu 2014 a été présenté mercredi en Conseil des ministres.

Pour la troisième année consécutive en effet, les dépenses de soins de ville, c'est-à-dire celles générées par les médecins libéraux, les achats de médicaments à la pharmacie ou encore les arrêts maladie, ont été inférieures à ce qui avait été budgété. L'économie se monterait à 500 millions d'euros sur un total de 75 milliards de dépenses, après 950 millions en 2012 et 600 millions d'euros en 2011, selon la Commission des comptes de la Sécurité sociale.

Pour les médecins, cette sous-consommation des crédits s'explique par leurs efforts pour respecter les injonctions de l'Assurance-maladie en mati...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant