Quand les Loups sont entrés dans la Buli.

le
0
Quand les Loups sont entrés dans la Buli.
Quand les Loups sont entrés dans la Buli.

La Bundesliga revient avec une belle affiche : Wolfsburg, dauphin du Bayern, accueille le leader. Les Loups espèrent revivre leur plus bel exploit, lorsqu'il a écrasé d'un même élan le Bayern et la Bundesliga. Retour sur la merveilleuse année 2009 du VfL.

" Quand Wolfsburg sera champion, on financera un balcon pour leur mairie. " À l'approche de l'été 2009, ils sont 90 000 personnes dans les rues de Wolfsburg à vérifier si Uli Hoeneß a tenu sa promesse de 2004. Pour cette ville de 130 000 habitants qui ne vit que pour sa firme automobile, Volkswagen, le titre de champion d'Allemagne a une résonance toute particulière. Pour la première fois de son histoire, Wolfsburg a sa place dans l'histoire pour autre chose. Son identité s'affranchit du sombre passé d'une ville grossie par le régime nazi. Ils sont 90 000 à vouloir célébrer un exploit, un conte de fée du football qui a vu se maintenir le VfL d'une courte tête au-dessus du Bayern, avec deux points d'avance à la 34e journée (et à la faveur d'une victoire 5-1 sur le Werder Brême). Ils sont 90 000 à se diriger vers la scène montée spécialement pour l'occasion, à grand renfort d'euros – Volkswagen aurait dépensé presque 1 million d'euros pour les festivités. Il n'y a pas de balcon à la mairie, construite à la va-vite après-guerre. La blague d'Uli n'a pas été à son terme. Premier mensonge du petit père Hoeneß dont les Wolfsburger se fichent : ils sont Meister, eux.

Cette déclaration de l'ancien manager du Bayern prouve en tout cas une chose : avant 2009, personne ne prend les Loups au sérieux. Wolfsburg est un club moyen. Malgré l'argent injecté par Volkswagen depuis que la firme est devenue propriétaire du club, le VfL traîne plus dans le ventre mou que dans les places européennes. Malgré la venue de Felix Magath, Wolfsburg ne décolle pas et finit la phase aller de cette saison 2008-2009 à la 9e place – bien qu'il n'y ait que 9 points d'écart avec le leader. Le club a de l'ambition, mais ne se montre pas capable de viser le leadership sur le marché allemand. Pour atteindre le miracle, il faut un Rückrunde (phase retour) de doux dingues avec une machinerie offensive à effrayer n'importe quel gardien. Wolfsburg entame sa Blitzkrieg. Grafite et Džeko allument tout ce qui bouge : à eux deux, ils totalisent 54 buts – un record outre-Rhin pour un duo offensif. Pendant ce temps, le VfL gagne dix matchs consécutifs (pour un bilan de 14 victoire, 1 nul et 2 défaites). Le rouleau compresseur ne laisse aucune chance à ses adversaires.
60 M pour des gagnants
Ce rouleau compresseur n'est pas seulement au niveau du potentiel offensif sur le terrain. Loin du pré, Wolfsburg peut se targuer d'un avantage...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant