Quand les intermédiaires avaient fait fuir Villeneuve

le
0
Quand les intermédiaires avaient fait fuir Villeneuve
Quand les intermédiaires avaient fait fuir Villeneuve
Charles Villeneuve, l'ancien président du PSG, a révélé jeudi soir que le transfert de Marko Basa avait capoté en raison de l'intervention d'intermédiaires dans les négociations au dernier moment.

Les différentes affaires qui gangrènent actuellement le football français ont mis en avant la prédominance de plus en plus importante des agents sans licence ou autres intermédiaires en tout genre dans le moindre deal. Un phénomène qui n'a pourtant rien de nouveau, comme l'a rappelé Charles Villeneuve jeudi soir dans l'émission Les Spécimens sur Canal+ Sport. Ce qui a permis par la même occasion à l'ancien président du PSG d'évoquer pour la première fois les raisons du transfert avorté de Marko Basa au club parisien en juillet 2008. A l'époque, la présence impromptue et de dernière minute de personnes extérieures au dossier, au moment de régler les derniers détails des négociations, avait glacé soudainement l'intérêt de Villeneuve pour le défenseur central du Mans aujourd'hui à Lille.

« Il est arrivé accompagné et l'on m'a dit qu'il fallait que je vois un certain nombre de gens. Je les ai tous foutus à la porte et je n'ai donc pas pris Basa. Je considérais que c'était un procédé inacceptable pour le président que j'étais », a révélé l'ancien de TF1. Ce dernier reconnaît pourtant qu'il souhaitait profondément l'arrivée du Monténégrin, déjà très courtisé. « C'est un très bon joueur, un arrière central que tout le monde au club voulait. Il jouait à l'époque au Mans. » Parti finalement au Lokomotiv Moscou, Basa n'a jamais signé au Paris Saint-Germain par la suite.

Et il en a été de même pour tous les dossiers impliquant beaucoup trop d'intervenants aux yeux de Charles Villeneuve, fidèle à ses principes pendant toute sa période de présidence. « Pour ma part, c'était catégorique : je disposais de mon droit de conversation et de négociation avec l'agent. Par exemple pour Mickaël Landreau, je ne parlais qu'avec son agent Bruno Satin et seulement lui. Je préfère me priver d'un joueur dans ces conditions et je le pense profondément. » Mais ils sont rares dans ce cas.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant