Quand les employeurs veulent renégocier les 35 heures

le
6
Une nouvelle journée de négociation avec la direction de l'AP-HP est prévue mardi avec de nouvelles propositions de la direction.
Une nouvelle journée de négociation avec la direction de l'AP-HP est prévue mardi avec de nouvelles propositions de la direction.

Les 35 heures, ce symbole politique, sont-elles menacées ? Officiellement, non. Le gouvernement ne veut pas toucher à la durée légale du travail instaurée par les lois Aubry dans les années 2000.

Cela ne l'empêche pas de soutenir, plus ou moins directement, la réorganisation du temps de travail à l?Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), qui regroupe 38 établissements et plus de 75 000 agents, sans compter les médecins. Une renégociation révélatrice d'un mouvement de fond dans la fonction publique hospitalière : la moitié des hôpitaux publics ont déjà renégocié l'organisation des 35 heures !

S'adapter aux nouvelles contraintes

À EDF, encore détenue à plus de 84 % par l'État, le nouveau président nommé par François Hollande, Jean-Bernard Lévy, s?est lui aussi empressé de remettre sur le métier la renégociation du temps de travail des quelque 26 000 cadres de l?entreprise poussée par son prédécesseur, Henri Proglio.

L?argument est toujours le même : les accords en vigueur sur l'organisation des 35 heures ne seraient plus adaptés aux contraintes.

À l?AP-HP, Martin Hirsch veut instiller plus de "souplesse", par exemple pour adapter la taille des équipes aux pics d'activité ou au développement de la chirurgie ambulatoire. La contrainte budgétaire est forte : l?hôpital public doit assumer sa part des 50 milliards d?économies prévues par le gouvernement de 2015 à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • noterb1 le mardi 2 juin 2015 à 08:24

    c'est la démonstrations qu'il est plus facile de taper sur les salariés que sur les professionnels fraudeurs .

  • ppsoft le mardi 2 juin 2015 à 08:08

    Bien entendu, on gagnera moins. De toutes façons on y viendra, alors autant l'anticiper sans se faire enfler sur cette question du temps de travail.

  • bearnhar le mardi 2 juin 2015 à 07:39

    ppsoft : vous etes pret à gagner moins ? Non parce que faut pas rever, on ne va pas encore vous diminuer votre temps de travail, sans toucher à votre salaire, à un moment donné ça va etre travailler moins pour gagner moins, déjà actuellement nous avons de la chance, nous travaillons 35h payées 40, mais chut.

  • bearnhar le mardi 2 juin 2015 à 07:37

    idem12 : ah parce que vous consideriez les 35h comme un acquis social definitif ? Vous revez alors ? Elles ont ete mises en place pour reduire le chomage, d'embauche il n'y a quasiment point eu, cela fait donc longtemps qu'elles auraient du etres annulées car les entreprises touchent bel et bien les contreparties, vous saisissez ?

  • ppsoft le mardi 2 juin 2015 à 07:14

    Dans un monde avec tant de chomage, d'informatisation et de robotisation, c'est le contraire qu'il faudrait : il faut réduire la durée hebomadaire du travail (et prolonger la durée de cotisation). Les "employeurs" se trompent de cible. Le problème, c'est leurs charges imposées par l'Etat.

  • idem12 le mardi 2 juin 2015 à 07:11

    aujourd'hui les 35h00, demain la retraite, après demain la sécu et enfin les congés payés.. où comment tout sacrifier sur l'autel de la sacro sainte compétitivité qui enrichit les plus riches et appauvri tout les autres....