Quand le Vélodrome accueillait le tirage au sort du Mondial 1998

le
0
Quand le Vélodrome accueillait le tirage au sort du Mondial 1998
Quand le Vélodrome accueillait le tirage au sort du Mondial 1998

Le 4 décembre 1997, la FIFA organise les prémices d'un événement prêt à écrire la plus belle page de l'histoire de l'équipe de France de football. Au cœur du Vél', sommités, anciens internationaux, journalistes et spectateurs sont là pour enfin connaître la destinée des Bleus. Entre pléiade de stars, froid de canard et Blatter omnipotent.

Le 12 décembre prochain, les médias du Vieux Continent - et même d'ailleurs - seront braqués sur le Palais des Congrès à partir de 18 heures. L'Euro 2016 se tiendra dans tout l'Hexagone en juin prochain, il faut que cela se sache. Cependant, la France ne partira pas dans l'organisation de cet événement la fleur au fusil. La raison ? Elle est simple : il y a maintenant dix-neuf ans, la France connaissait la même responsabilité avec, déjà, une couverture médiatique finement travaillée. En ce 4 décembre 1997, l'avant-soirée offre un match de gala organisé par la FIFA au stade Vélodrome, avec un joueur pour chaque pays représenté au Mondial. Côté Europe, Fernando Hierro, Alessandro Costacurta, Paul Ince, Zinédine Zidane ou encore Patrick Kluivert sont coachés par Franz Beckenbauer. Côté reste du monde, Jacques Songo'o peut envoyer de longs dégagements à destination d'Hidetoshi Nakata, Gabriel Batistuta et Ronaldo, le tout sous les yeux avisés de Carlos Alberto Parreira. Le match se termine sur une large victoire du reste du monde (5-2), et lance définitivement la mécanique du tirage au sort.

Youtube
Présentateur de la cérémonie retransmise par TF1, Roger Zabel garde encore en tête l'une de ses plus importantes prises d'antenne. "Pour le direct, j'étais accompagné de Carole Rousseau, rappelle le journaliste. Elle n'avait pas souvent entendu parler de football, et si mes souvenirs sont bons, elle réalisait son tout premier direct à la télé. On peut donc parler d'un baptême du feu à haut risque... À vrai dire, c'est dans les préparatifs que j'ai pris conscience de ce truc de fou qu'était l'organisation de la Coupe du monde. On allait s'adresser aux gens du monde entier." Le grand soir est arrivé, la fête peut commencer.

Rousseau contre vents et marées


Si les téléspectateurs assis devant leurs écrans sont ravis d'enfin connaître les obstacles que devront passer leur sélection nationale en phase de poules, l'ambiance est autrement plus complexe à gérer en coulisses, même si tout part d'un bon sentiment. "Michel Platini (co-président du comité d'organisation du Mondial 1998, ndlr) et la FIFA souhaitaient s'installer au stade Vélodrome. Marseille,…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant