Quand le réchauffement climatique rend les prières désuètes

le
0
Les glaciers suisses reculeraient de dix mètres par an en moyenne à cause du réchauffement climatique.
Les glaciers suisses reculeraient de dix mètres par an en moyenne à cause du réchauffement climatique.

Tous les experts l'affirment : à l'instar de l'Himalaya et, plus près de nous, des Pyrénées, les Alpes sont elles aussi durement touchées par le réchauffement climatique. Certains glaciers ont il est vrai perdu une partie assez importante de leur superficie au cours des décennies écoulées.


Parmi eux, celui de Fiesch (Fieschergletscher en allemand), qui s'étend sur trente-trois kilomètres carrés - en comptant les plus petits glaciers qui le rejoignent - et est situé dans le canton du Valais (Suisse), dans une vallée parallèle à celle du glacier d'Aletsch.


Mesurant seize kilomètres de long, il se pare d'un manteau gris durant la saison estivale, une fois que la couche neigeuse a fondu. Une particularité qui s'explique par les nombreux débris rocheux et moraines qui parsèment sa surface.


Mais là où l'histoire est cocasse, c'est qu'un pèlerinage a lieu chaque année dans le village de Fiesch depuis 1678. L'époque n'était pas encore à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre d'origine anthropique ni à l'observation anxieuse du thermomètre mondial et des habitants redoutant que le glacier ne finisse par engloutir leurs pâturages ont instauré un curieux rituel, perpétué depuis : « conjurer » la glace moyennant force chants, prières et eau bénite.


Près de trois siècles et demi plus tard, il semblerait qu'ils aient été entendus. Au-delà de toute espérance même, puisque si l'on en croit nos confrères du très sérieux Guardian, les glaciers suisses reculeraient de dix mètres par an en moyenne à cause du réchauffement climatique.



L'eau des fontes comme alternative au nucléaire



Las ! Le phénomène pourrait par endroits avoir des répercussions désastreuses, et pas uniquement pour la biodiversité locale. Une gigantesque crevasse de trois cents mètres a en effet été observée l'an passé dans celui de Giesen, situé lui aussi dans les Alpes bernoises, et sa rupture éventuelle menace les villages en contrebas, dont celui de Lauterbrunnen. Un autre glacier, dans la région de Zermatt celui-ci, donne également des signes de faiblesse et a même amené les autorités suisses et italiennes à renégocier leur frontière (!)


Pour en revenir au glacier de Fietsch, le quotidien britannique précise qu'une pétition a été transmise au Vatican par l'évêque de Sion il y a quelques années, au nom des populations concernées. Le but ? Que les villageois puissent dorénavant demander à Dieu d'arrêter que la glace fonde... Le Saint-Siège a au bout du compte répondu favorablement à cette requête, tant et si bien que les premières prières modifiées seront prononcées demain.


Qu'elles soient ou non entendus, que Dame nature écoute ou non ces villageois passablement inquiets ? on le serait à moins -, l'érosion des glaciers a déjà inspiré des écologistes suisses qui ont suggéré que l'eau des fontes soit exploitée à des fins énergétiques en vue de remplacer l'énergie nucléaire, promise à disparaître de la Confédération à l'horizon 2034. Le meilleur moyen d'atténuer efficacement un malheur...


Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant