Quand le Real renversait le Borussia Mönchengladbach

le
0
Quand le Real renversait le Borussia Mönchengladbach
Quand le Real renversait le Borussia Mönchengladbach

C'était il y a trente ans, c'était hier dans les têtes des supporters madridistas. Alors défait 4-0 à l'aller par les Allemands de Mönchengladbach, le Real Madrid ressuscite au Bernabéu et s'offre l'une des plus belles remontadas de son histoire. Une remontée folle qui devrait servir de modèle aux hommes de Zidane.

"Ce club a déjà réussi des remontadas extraordinaires tout au long de son histoire." En quelques mots en conférence de presse d'avant-match décisif face à Wolfsburg, Zinédine Zidane se ressaisit de l'identité madridista pour appeler ses troupes à la mobilisation. C'est que, dans la mythologie du Santiago-Bernabéu, les renversements de situation en terres européennes se taillent une place de choix. À bon ou mauvais escient, c'est selon, la nébuleuse merengue s'entiche de ces exploits passés durant lesquels leurs poulains renversent des situations inextricables. En apparence, seulement, car de Derby County à l'Inter de Milan, en passant par l'Étoile rouge de Belgrade, le Real Madrid sort souvent vivant de l'impossible dans son antre de Chamartin. Une douce folie à laquelle s'est familiarisée l'aficion blanche, et qui renvoie irrémédiablement vers l'une des citations les plus mémorables de Juanito qui, tout juste défait par les Nerazzurris de Graziano Bini, lui susurre à l'oreille : "90 minutes au Bernabéu peuvent paraître une éternité." Un dicton qui passe en boucle dans les têtes des supporters du Borussia Mönchengladbach, victimes de la reine des remontadas merengues.

Valdano : "Une crise dans l'équipe à la suite de ce résultat honteux"


Les prémices de cet exploit interviennent le 27 novembre 1985. Le Borussia Mönchengladbach, alors en tête d'une Bundesliga exclusivement alimentée par la RFA, reçoit un autre leader, celui de la Liga espagnole, pour le compte du huitième de finale aller de la Coupe de l'UEFA. L'affiche, en apparence équilibrée, tourne rapidement en faveur des Germains, dirigés par un certain Jupp Heynckes. Le Real Madrid de Luis Molowny s'écroule et concède une cinglante manita (5-1). Une lourde défaite qui semble même rédhibitoire pour la pointe merengue Jorge Valdano : "La crise qui règne dans l'équipe a explosé à la suite de ce résultat scandaleux et honteux." Même son de cloche pour le Mexicain Hugo César, lui aussi désemparé face à une telle débâcle : "Il se passe quelque chose dans l'équipe. Nous ne nous entendons pas, il n'y a pas de collectif. Des individualités, oui nous en avons, mais elles ne se servent pas des autres joueurs." En résumé, la zone mixte du stade de…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant