Quand le gouvernement libyen pratique le chantage

le
0
Tripoli libérera l'avocate du fils de Kadhafi à condition qu'elle donne des informations sur l'entourage de son client.

Melinda Taylor (photo fournie par la CPI).
Melinda Taylor (photo fournie par la CPI). Crédits photo : -/AFP

En Libye, le désordre a franchi quelques crans de plus, cette semaine. Maintenant, ce sont les diplomates et les représentants de la justice interna­tionale qui sont visés. Par les milices mais aussi par le gouvernement provisoire lui-même. Les locaux du Comité international de la Croix-Rouge à Misrata ont été, mardi, la cible d'une attaque, faisant un blessé et causant des dégâts importants au bâtiment.

Un porte-parole gouvernemental a par ailleurs reconnu exercer un chantage digne des mé­thodes de feu Mouammar Kadhafi sur une avocate australienne de la Cour pénale internationale (CPI), Melinda Taylor. Cette dernière, qui fait partie de la défense de Seïf al-Islam Kadhafi, fils du dictateur déchu, a été appréhendée alors qu'elle rendait vi­site à son client et placée en détention provisoire pour quarante-cinq jours, de même que les trois autres membres de sa délégation. Selon le p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant