Quand le gouvernement exploite le filon «Game of Thrones»

le , mis à jour à 15:18
0
Quand le gouvernement exploite le filon «Game of Thrones»
Quand le gouvernement exploite le filon «Game of Thrones»

Les services de communication du gouvernement sont décidément jeunes et branchés et veulent le faire savoir. Après avoir surfé sur le buzz du retour de la série «House of Cards» ou la sortie du troisième épisode du «Hobbit», les réseaux sociaux officiels du Service d'information du Gouvernement (SIG) bourdonnent ce dimanche autour du retour très anticipé par les téléspectateurs de la série de fantasy médiévale «Game of Thrones».

Le gouvernement a envoyé un message aux familles nobles et au futur roi de #GameofThrones http://t.co/BX79Uri4zh #GoT pic.twitter.com/7AoB0wxTgB— Gouvernement (@gouvernementFR) April 12, 2015

Et le SIG entend exploiter le filon de cette série populaire et déjà culte jusqu'au bout. « Nous avons depuis plusieurs mois une stratégie offensive autour du web social avec des références à la culture populaire qui permettent de bénéficier de leur aura» assume Christian Gravel, le directeur du SIG, joint par LeParisien.fr. Un groupe de 7 personnes a ainsi oeuvré sur ce projet. «Mon équipe connaît tous les codes de la série. Je leur ai donné carte blanche afin d'amplifier la portée de notre message vers de nouveaux citoyens. En en plus cela ne coûte pas plus cher car c'est réalisé en interne.» assure-t-il.

Les tweets et autres posts officiels renvoient vers une «Lettre aux familles nobles des 7 royaumes» publiée sur le site www.gouvernement.fr. Les graphistes du service communication ont bien travaillé pour imiter un parchemin médiéval frappé de deux dragons, l'animal mythique incontournable de la série. La devise républicaine apposée en bas du document ne laisse aucun doute sur la provenance du texte.

Des renvois vers les réformes en cours

Cette lettre entend «offrir au prochain roi nos conseils», soit six articles qui mettent en lumière les engagements du gouvernement Valls ou les réformes passées ou à prévoir. L'article V «Jouvençal perdu, avenir sans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant