Quand le FN d'Ile-de-France vote triple

le
0
La tête de liste FN en Ile-de-France, Wallerand de Saint-Just, en compagnie de Marine Le Pen, lors de la campagne pour les élections régionales.
La tête de liste FN en Ile-de-France, Wallerand de Saint-Just, en compagnie de Marine Le Pen, lors de la campagne pour les élections régionales.

Il est un peu plus d'une heure du matin, jeudi dernier au conseil régional d'Ile-de-France, lorsque Valérie Pécresse regarde d'un air bizarre la feuille qu'elle tient dans sa main gauche. Elle vient de mettre aux voix un amendement concernant le projet de règlement intérieur. Déposé par les écologistes, il doit mettre fin aux débordements qui ont parfois lieu dans ce genre d'hémicycle. Or, plutôt que de calmer les ardeurs, le vote va mettre le feu aux poudres...

« Il y a un petit problème avec le décompte des voix du Front national, lance de la tribune la présidente (LR) de l'Ile-de-France. Je voudrais savoir pourquoi j'ai 21 voix "pour" alors qu'il n'y a que 6 présents ? » Flottement sur les bancs du conseil régional. Les règles sont claires : un élu présent n'a le droit de voter que pour un absent. Le FN pouvait donc, au maximum, apporter 12 voix à l'amendement... Assez remonté, le socialiste Carlos Da Silva s'empare du micro et demande un nouveau vote. « Ils ont triché, donc on va revoter. Il a beau être 1 h 22 du matin, on va revoter », lance le chef de file des élus PS à la région. Après une hésitation, Valérie Pécresse ordonne un nouveau vote, tout en soulignant qu'il ne « changera rien ».

Wallerand de Saint-Just, leader des élus frontistes au conseil régional, tente bien de défendre cet afflux de voix en provenance de son groupe. Mais, avec deux fois plus de suffrages que le règlement ne...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant