Quand le florin et la peseta refont surface

le
0
Aux Pays-Bas, un safari park a restauré l'ancien florin le temps d'un week-end. En Espagne, les commerçants d'un village acceptent depuis début octobre les paiements en pesetas.

Tandis qu'économistes et banquiers planchent sur ce qui faisait figure, il y a quelques semaines encore, de scénario catastrophe, d'autres expérimentent déjà la disparition de la monnaie unique.

Ainsi aux Pays-Bas, profitant de la tempête qui s'est abattue sur la zone euro et la vague montante d'eurosceptiques, le safari park Beekse Bergen, installé près de la ville de ­Tilburg, a restauré, le temps d'un week-end, l'ancien florin. Des dizaines de Néerlandais ont fait les fonds de tiroirs pour s'offrir la visite. De surcroît, au taux attractif de un euro pour un florin, alors que l'ancienne parité était de 0,45 euro. Histoire d'insister sur le sentiment général que le passage à la monnaie unique a fait valser les étiquettes.

Une certain nostalgie

Mêmes causes, mêmes effets, à 2000 kilomètres de là, plein sud. Nous sommes en Galice, dans le petit village frontalier de Salvaterra de Mino. Là, ­l'expérience est menée à plus grande échelle et sur une plus longue

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux