Quand le FBI partage des milliers d'images pornographiques

le
1
Le FBI admet avoir maintenu en ligne un pédophile. 
Le FBI admet avoir maintenu en ligne un pédophile. 

Jusqu'où le FBI est-il prêt à aller pour lutter contre la pédophilie ? L'agence américaine vient de s'expliquer sur une nouvelle méthode d'investigation qui n'est pas sans conséquence. En 2014, lors d'une opération visant à fermer un réseau pédophile caché au fin fond du « dark web », le FBI a utilisé un outil de piratage développé par ses services, afin de tracer et d'identifier des adresses IP. En moins d'un an, un millier d'ordinateurs auraient ainsi été piratés par le FBI afin de fermer l'un des plus grands réseaux de pornographie juvénile au monde. Un impressionnant coup de filet, dont les dessous viennent d'être révélés.

« L'enquête et le crime sont indifférenciables »

« Playpen » est le mot anglais pour parc à bébés ou à petits enfants. C'est le nom du site accessible depuis le réseau TOR que visait le FBI. Celui-ci permettait à ses 215 000 membres, dont 11 000 visiteurs uniques chaque semaine, de partager et de télécharger des images pédopornographiques. Le FBI a réussi à infiltrer ce réseau en mettant la main sur le serveur du site en février 2015, mais au lieu de mettre l'adresse internet hors services, les autorités ont hébergé le site sur leurs propres serveurs pendant deux semaines.

Une méthode sans précédent de la part du gouvernement américain dans sa lutte contre la pornographie juvénile en ligne, mais qui ne fait pas du tout l'unanimité. Le ministère de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 il y a 12 mois

    Bravo le FBI, méthode simple mais efficace.