Quand le cacao sert de substitution à la coca

le
0
REPORTAGE - Dans le département de San Martin au Pérou, la culture de la feuille de coca est passée de 23.000 hectares de coca en 1996 à 400 aujourd'hui.

De notre envoyé spécial à Juanjui (Pérou)

Esteban Jacobo Gutiérrez Gomez est très fier du cacao qu'il produit. Il sort une coupure de presse, extraite du journal El Comercio: «Regarde, c'est le cuisinier de Sarkozy, Régis Ferey, qui le dit: le cacao d'El Alto del Sol est le meilleur du monde!»

El Alto del Sol est caché au c½ur de l'Amazonie péruvienne, dans la province de San Martin. «Je suis arrivé ici en 1987, explique Esteban. Tout le monde produisait de la coca. Moi, je la transformais en pâte base pour la cocaïne. Cela rapportait bien. Mais la guérilla est arrivée et nous menaçait si nous ne participions pas à leurs réunions. Ils prélevaient aussi de l'argent sur le trafic. On n'avait pas beaucoup d'argent. C'était très violent.»

En 1993, Esteban a vu arriver les premiers représentants de l'État qui lui ont suggéré, moyennant des aides, de remplacer les pieds de coca par des cacaoyers. «Au début, c'était difficile parce que l'arbre ne donne ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant