Quand le Boston Globe publie une fausse Une choc avec Trump président

le
0
Quand le Boston Globe publie une fausse Une choc avec Trump président
Quand le Boston Globe publie une fausse Une choc avec Trump président

Et si Trump était à la tête des Etats-Unis. Voilà la proposition faite par le Boston Globe a ses lecteurs ce dimanche, en publiant sur son site une fausse Une datée du 9 avril 2017 et imaginant Donald Trump président, pour montrer ce que donnerait, selon le quotidien américain, l'application de sa vision «profondément dérangeante» de l'avenir des Etats-Unis.

«Les expulsions vont commencer», «Les émeutes continuent», «Des soldats américains refusent l'ordre d'exécuter des familles de membres de l'EI»: les titres et les articles de cette Une cherchent à projeter ce que serait l'actualité avec l'homme d'affaires new-yorkais installé à la Maison Blanche.

Même si Ted Cruz vient de lui infliger plusieurs revers, Donald Trump reste nettement en tête dans la course à l'investiture républicaine.

Dans les articles inventés de toutes pièces, le prestigieux quotidien cite Donald Trump qui, lors d'un discours, s'engage à expulser 11,3 millions d'immigrés clandestins sur deux ans, «si vite que vous en aurez la tête qui tourne». Un autre article évoque les conséquences de la création de droits de douane allant jusqu'à 45% sur les produits importés de Chine et 35% sur certains produits venus du Mexique.

Dans le scénario imaginé par le Boston Globe, les marchés réagissent très mal à ces annonces et l'indice Dow Jones de la Bourse de New York perd plus d'un tiers de sa valeur en trois semaines.

Cette fausse Une est accompagnée d'un vrai éditorial intitulé «Le parti républicain doit arrêter Trump», dont la vision de l'avenir des Etats-Unis est décrite comme «profondément dérangeante» et contraire aux valeurs essentielles de la nation. Cette vision «nécessite une opposition active et engagée», explique l'éditorial.

«Les standards du parti républicain méritent d'être incarnés par un homme honnête et respectable, comme (Mitt) Romney (candidat républicain en 2012) ou (Paul) Ryan (président de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant