Quand le Bernabéu se mue en centre des affaires

le
0
Quand le Bernabéu se mue en centre des affaires
Quand le Bernabéu se mue en centre des affaires

Mise sur le devant de la scène à la suite des déclarations incendiaires de Gerard Piqué, la loge d'honneur du Santiago Bernabéu nourrit de nombreux fantasmes. Et à en croire le profil des puissants qui garnissent cette tribune présidentielle, difficile de donner tort au central blaugrana. N'est-ce pas Florentino ?

Les guerres intestines entre Merengues et Blaugrana font partie du passé. Mieux, la Roja retrouve de sa superbe après un Mondial brésilien et un Euro français ratés. Pourtant, au soir d'un succès convaincant face aux Bleus (0-2), Gerard Piqué ne peut s'empêcher de découper à la machette le Real Madrid. "Je n'ai rien contre les joueurs du Real Madrid, évacue-t-il d'emblée dans les coursives du Stade de France avant de se reprendre. Ce sont d'autres choses qui ne me plaisent pas dans ce club. Je n'aime pas voir dans la loge d'honneur du Bernabéu la personne qui attaque Messi et Neymar. Je n'aime pas voir dans le public de Madrid les personnes qui tirent les ficelles dans ce pays. Je n'aime les valeurs que ce club transmet." Obsessionnel à l'heure d'évoquer l'ennemi madrilène, le Catalan reçoit en retour quolibets et moqueries de la part des joueurs et dirigeants castillans. Un retour de bâton prévisible qui, néanmoins, n'enlève rien à la véracité des propos du Blaugrana. Car oui, depuis la prise de pouvoir de Florentino Pérez, la loge d'honneur du Santiago Bernabéu se révèle être l'un des centres de décisions les plus influents d'Espagne.

Santiago Bernabéu et l'indépendance du Real


Le sujet, rarement évoqué par les médias d'outre-Pyrénées, n'en demeure pas moins brûlant. Pour ainsi dire, aucun des principaux journaux du pays, du très partisan Marca au généraliste El Pais, ne s'égare à évoquer le pouvoir de la tribune présidentielle du Santiago Bernabéu. Ce qui n'est pas le cas du très sérieux site El Confidencial qui, en enquêtant sur le très juteux business de Florentino Pérez, s'est retrouvé interdit d'entrée au stade et d'accréditation pour les rencontres merengues. "Les journaux ne veulent pas mettre noir su blanc les actes honteux du tout-puissant président du Real Madrid, entame Nacho Cardero, journaliste blacklisté dudit site d'informations. La majorité de la presse est contrainte par Florentino Pérez. Si un journaliste ne veut pas écrire ce que dicte le président du Real, il prend le

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant