Quand le Barça prenait le bouillon à l'Olimpico

le
0
Quand le Barça prenait le bouillon à l'Olimpico
Quand le Barça prenait le bouillon à l'Olimpico

Avant sa réception du FC Barcelone ce mercredi soir, très peu donnent cher de la peau de l'AS Roma. Pourtant, les Giallorossi ont déjà épaté dans une situation similaire face à des Blaugrana trop sûrs de leur fait. C'était il y a plus de 13 ans, en février 2002. Francesco Totti et Luis Enrique étaient déjà présents.

"Capello pense trop à défendre. Il ne serait pas adapté à un public comme celui de Barcelone." Nous sommes le 26 février 2002, et Patrick Kluivert se charge de mettre le feu aux poudres avant le match retour de la deuxième phase de groupes entre le FC Barcelone et l'AS Roma. Qu'importe que son ancien coach au Milan AC soit alors pressenti pour succéder en fin de saison à Carles Rexach sur le banc barcelonais. Une semaine plus tôt, le buteur hollandais s'est de toute manière déjà évertué à contrecarrer les plans de Capello et de sa Louve en profitant d'une erreur de Candela pour inscrire l'égalisation des Blaugrana (1-1). Résultat, après trois matchs nuls en autant de rencontres, la Roma est sous pression. Comme Fabio Capello qui répond sèchement : "Que Kluivert pense à jouer. Je m'occupe d'entraîner la Roma. Et puis son accusation n'est rien d'autre qu'une fausse étiquette. Avec moi sur le banc à Milan, Kluivert a joué toute la saison pour ensuite être vendu quand j'avais déjà quitté le club." Ambiance.

Totti encense Rivaldo, Capello joue l'offensive


Très loin du règlement de compte entre ex-Milanais, Francesco Totti préfère, lui, parler beau jeu : "J'adore Rivaldo, je l'ai toujours dit. C'est un joueur extraordinaire : classe, rapide, avec le sens du but, un plaisir pour le spectacle. En ce moment, c'est le plus fort du monde. Mais arrêtons de parler d'un duel entre nous deux. Ce sera Roma contre Barcelone et non pas moi contre lui." Le Brésilien est alors au sommet de sa forme et s'impose comme la pièce maîtresse d'un trio dévastateur avec Kluivert et Saviola, souvent suppléé par... Luis Enrique. À tel point que le Barça fait figure de favori même si la Roma est championne d'Italie en titre. Sans doute tout autant fatigué des critiques au sujet de sa frilosité offensive que conscient des besoins de sa formation, Fabio Capello sort l'artillerie lourde.

Ce sera cette fois un 3-4-3 plus qu'alléchant sur le papier. Avec Francesco Antonioli dans les cages. Un trio Panucci-Samuel-Zebina pour faire le ménage. Un infatigable milieu Cafu-Lima-Emerson-Candela. Et surtout un tridente Totti-Delvecchio-Batistuta en attaque. Les quelque 69 869 spectateurs payants enregistrés à l'Olimpico (pour un peu plus de 2 millions de recette) peuvent donner de la voix. Non sans avoir apprécié l'impressionnant tifo "tricolore"…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant