Quand la Suède et le Danemark éliminaient l'Italie

le
0
Quand la Suède et le Danemark éliminaient l'Italie
Quand la Suède et le Danemark éliminaient l'Italie

Pas de terrain d'entente possible ce mardi soir entre la Suède et le Danemark qui se disputent une seule place pour l'Euro. Une situation donc très différente de l'Euro 2004 où les deux nations s'étaient quittées sur un match nul très suspect qui élimina à l'époque l'Italie.

22 juin 2004, 20h45. Pour son troisième et dernier match de poule, l'Italie défie la Bulgarie dans le petit stade D. Afonso Henriques de Guimarães. Après avoir partagé les points avec le Danemark (0-0) puis la Suède (1-1), la Squadra Azzurra n'a plus totalement son destin entre ses mains. Au même moment, à une cinquantaine de kilomètres plus au Sud, au stade de Bessa XXI de Porto, Suédois et Danois ont effectivement la possibilité d'envoyer la Nazionale en vacances. Un match nul avec au moins deux buts de chaque côté et les Italiens seraient laissés sur le carreau, même en cas de victoire contre les Bulgares. Car les trois équipes pointeraient alors à même hauteur (à 5 points) mais l'Italie serait éliminée en raison d'une moins bonne attaque lors des confrontations directes. Un danger que Gianluigi Buffon souligne déjà la veille en conférence de presse. "S'ils font vraiment 2-2, ce n'est pas une enquête de bureau qu'il faut, c'est directement les forces spéciales sur le terrain", s'emportait ainsi le portier de la Nazionale. "Bien sûr qu'on en avait parlé entre nous", confiait en 2013 Stefano Fiore au quotidien Il Tirreno. On avait peur d'un match nul entre la Suède et le Danemark. Mais au fond on ne voulait pas y croire." Et pourtant…

Sørensen relâche, Cassano pleure


Peut-être inspirés par les déclarations de Buffon, les supporters suédois et danois s'en donnent à cœur joie pour animer l'avant-match : "2-2 et ciao l'Italie", "DEN 2-2 SWE et les Spaghettis sont dehors". Place au jeu. Et ça démarre mal pour l'Italie qui concède l'ouverture du score sur pénalty à Martin Petrov juste avant la pause. A Porto, le Danemark mène alors 1-0 sur un but merveilleux du Milanais Jon Dahl Tomasson. Pas encore besoin de sortir les calculettes donc. Sauf que tout s'accélère au retour des vestiaires. Henrik Larsson profite d'abord d'un pénalty pour égaliser pour la Suède. Au même moment ou presque, Perrotta remet les compteurs à zéro entre l'Italie et la Bulgarie. Il reste alors près d'une mi-temps à la Squadra Azzurra pour inscrire un but et arracher sa qualification. Tomasson signe, lui, son doublé et redonne l'avantage au Danemark. Un but qu'il célèbre en intimant au public suédois de se taire, pas franchement signe d'un arrangement à l'amiable. La…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant