Quand la SPAL brillait en Serie A

le
0
Quand la SPAL brillait en Serie A
Quand la SPAL brillait en Serie A

La SPAL, fraîchement promue en Serie B, affronte ce lundi Cagliari en Coupe d'Italie. L'occasion de se souvenir que dans les années 50-60, le club de la ville de Ferrare était l'une des valeurs sûres de la Serie A, avec notamment des joueurs comme Reja, Delneri et Capello.

Cipollini, Stanzial, Bozzao, Reja, Pasetti, Bertuccioli, Dell'Omodarme, Bigon, Rozzoni, Parola, Brenna. C'est avec ce onze que la SPAL se présente le 12 mai 1968 face à la Juventus. Les Biancazzurri sont à la lutte pour le maintien. Le classement est alors le suivant : Atalanta 24, Vicenza 23, SPAL 22, Brescia 21. Quatre équipes, deux qui se sauvent, deux qui descendent. Et cela commence plutôt mal pour la SPAL, qui encaisse un premier but dès la 9e minute par Zigoni. Les espoirs des joueurs de Petagna vont de toute façon rapidement disparaître, car sur les autres pelouses, l'Atalanta tient le nul et Vicenza mène face à la Fiorentina. Le score ne bougera plus. La SPAL s'incline 1-0, et dit au revoir à la Serie A. Elle ne le sait pas encore, mais cet au revoir est en réalité un adieu. Les Spallini ne retrouveront jamais l'élite, et connaîtront même une relégation en Serie C dès l'année suivante. La fin de deux décennies durant lesquelles l'équipe de la ville de Ferrare s'était pourtant imposée comme l'une des certitudes de la Serie A.

Mazza, le visionnaire


Società Polisportiva Ars et Labor. Un nom qui pète. La SPAL a été fondée en mars 1907 dans la ville de Ferrare, en Émilie-Romagne. Elle doit toutefois attendre 1951 pour connaître sa première montée en Serie A.
« La SPAL, c'est Mazza. Il ne misait que sur les jeunes grâce à un réseau de talent-scout très étendu à travers l'Italie. Une fois qu'ils avaient acquis de la valeur, il les revendait, renflouant ainsi les caisses du club. »Edy Reja
Débutent alors deux décennies au cours desquelles le club, géré d'une main de maître par son président Paolo Mazza, un visionnaire, va voir passer de nombreux joueurs talentueux. La SPAL devient même l'un des clubs tremplins, dans lesquels les joueurs passent avant de rejoindre une grande équipe italienne. Parmi eux, le gardien Ottavio Bugatti (sept capes en Nazionale), Alberto…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant