Quand la NSA lisait les emails du président mexicain

le
1
Felipe Calderon s'insurge contre l'opération «Flatliquid», révélée par Edward Snowden, qui a permis aux services américains de pénétrer le serveur de messagerie de la présidence mexicaine en 2010.

«C'est une offense aux institutions du pays car (cet espionnage) a été réalisé alors que j'exerçais la charge de président de la république (mexicaine)». C'est par un tweet courroucé que l'ancien président mexicain Felipe Calderon a réagi aux nouvelles révélations d'Edward Snowden que publie l'hebdomadaire allemand Der Spiegel.

Más que personal, es un agravio a las instituciones del país, dado que se realizaron cuando ejercía el cargo de Presidente de la República.

-- Felipe Calderón (@FelipeCalderon) October 21, 2013

Une division particulièr...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • yt75 le mardi 22 oct 2013 à 23:30

    Il y a l'espionnage des messages, mais maintenant aussi ou surtout les informations de profils, à des fins "sécuritaires" ou tout simplement commerciales, sous le dogme du "tout gratuit tout pub". Avec le profiling acharné associé et des règles plus ou moins directes du genre "vrai noms obligatoires", etc. A ce sujet il est peut-être temps de comprendre que si il n'y a aucune "fatalité technique", il y a par contre un vrai problème de structure. cf par ex : http://wp.me/p1q74G-5v