Quand la Goal Line Technology a des ratés...

le
0
Quand la Goal Line Technology a des ratés...
Quand la Goal Line Technology a des ratés...

Le match entre la Corée du Sud et la France a été marqué par une incroyable erreur d'arbitrage, avec un but valable refusé malgré le recours à la Goal Line Technology. Un raté qui n'est pas resté sans conséquences.

Le championnat du monde de handball féminin, au Danemark, a commencé avec une polémique dont l’IHF se serait bien passée. Rappel des faits : 16’22’’ dans la première période du match entre la Corée du Sud et la France ce lundi. Suite à un tir de la Coréenne Hyun-Ji Yoo, le ballon heurte la barre, rebondit sur la ligne puis à nouveau la barre et entre visiblement dans le but. Face au doute, les arbitres font appel à la Goal Line Technology, en vigueur dans ce Mondial féminin comme ce fut le car en début d’année au Qatar pour le Mondial masculin. Si les images issues de ce système de caméras placées sur les montants des buts montrent clairement que le ballon a franchi la ligne, le délégué de la rencontre, chargé cette révision vidéo, ne voit que la fin de l’action où le ballon ressort du but. Face à ces images incomplètes, le délégué indique somme toute logiquement aux arbitres qu’il n’y a pas but. Le problème est que la réalisation internationale a montré l’intégralité de l’action et, donc, prouvé cette flagrante erreur arbitrale.

Des sanctions prises par l’IHF

Face à ce début de polémique, ce but refusé aurait pu changer la destinée du match, conclu sur un nul (22-22) entre Françaises et Coréennes, l’IHF a décidé de réagir et a pris des décisions fortes. Suite à une réunion avec les délégués et les arbitres, la Fédération Internationale a acté le fait que le règlement ne permet pas de revenir sur le score de la rencontre et a validé le résultat. Mais la décision la plus marquant tient à l’utilisation de la Goal Line Technology, développée par la société française Vision Sport. L’IHF a annoncé que cette technologie ne sera plus utilisée sur l’ensemble de la compétition face à un risque d’erreur encore trop important. La dernière décision prise par l’instance mondiale est l’exclusion de l’ensemble des officiels impliqués dans cette erreur presque grotesque. Une affaire qui pourrait une nouvelle fois relancer le débat sur l’utilisation d’aides technologiques pour l’arbitrage, débat qui est loin d’être tranché dans bien des sports.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant