Quand la France tente de recaser Ségolène Royal à l'ONU

le , mis à jour le
0
L'avenir politique de l'actuelle ministre reste incertain.
L'avenir politique de l'actuelle ministre reste incertain.

De ministre à l'ONU il n'y a qu'un pas que Ségolène Royal pourrait bientôt franchir. Et la ministre de l'Écologie saurait même déjà précisément le poste qu'elle convoite. Selon une information du Figaro, la France cherche à placer Ségolène Royal à la tête du Programme des Nations unies pour le développement (Pnud). Citant une source onusienne, le quotidien précise « l'ONU n'y est pas très favorable. La France contribue assez peu au budget du Pnud, et en plus, il y a le lobbying français pour propulser l'ancien ministre des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy à la tête de l'Organisation mondiale de la santé ».

Quel avenir politique ?

Cette information aurait également été confirmée par le Quai d'Orsay : « Il est toujours bon d'avoir des responsables français qui puissent peser sur les affaires internationales à l'ONU ». Et d'ajouter : « Plus il y a de Français à des postes de responsabilités à l'ONU, mieux c'est ». Comme le précise le Pnud sur son site internet, ce programme est présent dans 170 pays et territoires. Sa mission ? « Le Pnud est l'un des principaux organismes multilatéraux de développement contribuant à éradiquer la pauvreté et réduire les inégalités et l'exclusion. » Le poste d'administrateur est actuellement occupé par l'ancien Premier ministre de Nouvelle-Zélande, Helen Clark. Le quotidien rappelle que le secrétaire général de l'ONU nomme le patron du Pnud....

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant