Quand la France se réveillera, l'Élysée tremblera...

le
22
Le palais de l'Élysée, à Paris.
Le palais de l'Élysée, à Paris.

Au début, tout était facile : il suffisait de faire le contraire de son prédécesseur. Sarkozy avait dit noir, Hollande annonçait blanc. Bouclier fiscal, mariage homosexuel, durée de vie des centrales nucléaires, politique européenne, comportement, moralité, fiscalité, audiovisuel, retraite, chômage, insécurité..., pendant un an François Hollande a détricoté ce qu'avait fait Nicolas Sarkozy. Ses thuriféraires entonnaient le refrain bien connu : "La France brisée, la France outragée, la France martyrisée, mais la France libérée." Les plus raisonnables comprenaient bien qu'il faudrait bientôt passer à autre chose, se réveiller, réaliser que l'anti-sarkozysme c'est bien, mais que la définition du hollandisme tardait à venir.

Dix-huit mois se sont écoulés et, depuis quelques semaines, la France est victime d'une thrombose. Plus rien ne passe, plus rien n'avance, plus rien ne circule. Taxe à 15,5 % sur les produits d'épargne, écotaxe, taxe à 75 %, harmonisation du statut des VTC par rapport à celui des taxis, TVA réduite sur les produits de première nécessité..., chaque annonce est suivie d'une reculade ou, pire, d'une exception massive et incompréhensible qui rend difficile à admettre la mesure. Depuis l'été, rien d'important n'a été voté ! Les Français sont tellement à cran qu'ils refusent les plats qu'on leur propose tout en pestant contre le menu qu'ils ingurgitent depuis des lustres. Ils n'ont plus confiance dans le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 300CH le mercredi 13 nov 2013 à 23:22

    L’homme de gauche n’annonce la société solidaire que comme la prostituée promet l’amour. L’un et l’autre ne peuvent offrir que des simulacres (ivresse passagère et frustration). Ils instaurent le règne du faire-semblant, de la pornographie généralisée.

  • 300CH le mercredi 13 nov 2013 à 23:21

    Il est fort regrettable qu’une partie de notre communauté soit pratiquement réduite en esclavage, mais suggérer pour résoudre ce problème d’asservir la communauté toute entière est puéril.

  • 300CH le mercredi 13 nov 2013 à 23:21

    Le socialisme est la forme aiguë de l'antilibéralisme. Il consiste en son fond, et en quelque variété ou sous-variété qu'on le considère, à désirer que tout soit fait par l'État, que tout soit réglé par l'État et qu'il n'y ait que l'État.

  • 300CH le mercredi 13 nov 2013 à 23:20

    L’idée de base qui anime le socialisme dans son essence même peut se caractériser ainsi : les individus sont par nature incapables de diriger judicieusement et efficacement leur vie par eux-mêmes ainsi que de coopérer volontairement et équitablement entre eux. Il aura du travaille pour le veuve "droite/gauche confondus"

  • 300CH le mercredi 13 nov 2013 à 23:19

    BIENTÔT, le retour de la Veuve Noir, mais la ils ne pourront pas dire "C PAS MOI C L'AUTRE"

  • muck12 le mercredi 13 nov 2013 à 19:30

    pays en déclin

  • ljay1 le jeudi 7 nov 2013 à 16:58

    Magouilles de Sarko + blocage Europe = Chef d'état incompétent.... Il n'a pas beaucoup de marge de manœuvre... Ne pas augmenter la TVA, aux profits d'une multitudes de petites taxes indigestes pour épargner les petits revenus. C'est bien mais ça passe mal parmi les gens aisés.

  • rodde12 le jeudi 7 nov 2013 à 16:00

    La paralysie, hélas, il y a encore trois ans à tirer. Les Français n'ont plus confiance; bien fait pour eux. N S n'en a pas fait assez; c'est certain, à sa décharge il faut se souvenir que nos démagogues ont fait une opposition systématique. Dés l'élection je me suis consolé en réalisant qu'ils seraient obligés de faire eux même ce qu'il auraient empéché de faire s'ils étaient dans l'opposition. Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes. Courrage plus que trois ans.

  • scheyde1 le mardi 5 nov 2013 à 11:36

    Le peuple français est difficile à gouverner : Même de Gaulle les comparait à des veaux

  • scheyde1 le mardi 5 nov 2013 à 11:35

    D'accord avec Isleleu : nous avons les hommes politiques que nous méritons comme me disait souvent une ancienne collègue de travail. Et selon la fable de La Fontaine : "La cigale et la fourmie" Allez danser maintenant.