Quand la France portrait un maillot de pêcheurs

le
0
Quand la France portrait un maillot de pêcheurs
Quand la France portrait un maillot de pêcheurs

Le 10 juin 1978, l'équipe de France de football s'apprête à disputer son dernier match de poules de la Coupe du Monde en Argentine face à la Hongrie. Seulement, à quelques minutes du coup d'envoi, les 22 joueurs portent des maillots blancs. L'une des deux formations doit alors trouver une solution...

Pour parler à la fois de football et de pêche sans évoquer le surnom des joueurs du FC Lorient, les Merlus, il faut remonter loin dans le temps. Si loin qu'à cette époque, Diego Maradona ne joue pas pour l'équipe d'Argentine. Si loin qu'en ces temps, le chef d'une junte militaire au pouvoir remettait la Coupe du Monde aux vainqueurs argentins. Si loin qu'alors, l'équipe de France n'était pas capable de passer le premier tour. En 1978, lors de la Coupe du Monde de football en Argentine, tout va de travers pour les Bleus de Bathenay, Lacombe, Rocheteau et Platini. Dès les phases qualificatives, et un certain match nul faussé par monsieur Foote à Sofia (Thierry Roland l'avait bien senti). Quelques mois plus tard, la tentative d'enlèvement du sélectionneur français Michel Hidalgo annonçait elle aussi la couleur d'un Mondial compliqué. Un Mondial qui commence par un imbroglio et qui se termine en queue de poisson. Un Mondial à oublier. Un Mondial où les Bleus ne jouaient même pas avec leur maillot.

Adidas, défaites et Hongrie


Après une campagne de qualification en dents de scie, la France se retrouve donc au Mondial argentin dans un groupe pour le moins compliqué, aux côtés de l'Italie, de l'Argentine et de la Hongrie. Le 2 juin et ce malgré l'ouverture du score après seulement 37 secondes face de Bernard Lacombe, les Bleus perdent leur premier match face à l'Italie (2-1). Après la rencontre, le docteur Vrillac, médecin de l'équipe de France, explique aux micros d'Europe 1 que les Bleus étaient plus occupés à résoudre un conflit avec leur équipementier, Adidas, qu'à disputer le match. À trois jours de leur première rencontre, Marius Trésor avait effectivement été chargé de négocier avec François Remetter, qui représentait Adidas, des primes plus élevées. Devant le refus de l'équipementier de répondre par la positive à leur requête, tous les joueurs de l'équipe de France passent un coup de feutre sur leurs chaussures pour masquer les trois bandes d'Adidas. Un signe avant-coureur de la farce des maillots qui allait suivre.

Après une nouvelle défaite, le 6 juin, face aux futurs champions du monde dans un Monumental qui porte très bien son nom, les Bleus sont éliminés du mondial. Le 10 juin, à Mar de Plata, il s'agit alors de quitter la compétition la tête haute face une Hongrie elle aussi éliminée. Sur les coups de 13h, heure locale,…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant