Quand la Corée du Nord fait des films de foot

le
0

Qu'on se le dise, la Corée du Nord aime le football. Et le cinéma. C'est donc tout naturellement que Kim Jong Il encourage en 1978 la production de Centre Forward, petit bijou de propagande en noir et blanc. À quelques heures du choc face à la Thaïlande, retour sur la genèse "du meilleur film nord-coréen de football de tous les temps".

Football et cinéma n'ont pas pour habitude de faire bon ménage. Leur collaboration récente se révèle même douloureuse. Les chefs-d'œuvre que sont Trois Zéros ou Les Seigneurs, en passant par les merveilles Goal II, Victory ou Esprit d'équipe, sont autant de preuves de la perversion capitaliste quand il s'agit de capter l'essence même de ce sport subtil et corsé. Or, s'il est un homme à avoir résisté aux règles universelles du marché, c'est bien Kim Jong Il. Dur sur l'homme, leader de vestiaire, l'ancien dictateur était aussi réputé pour son amour démesuré du septième art. Aussi est-ce bizarrement vers la Corée du Nord qu'il faut se tourner pour trouver trace d'un long-métrage au style épuré incluant un joueur et un ballon. Sorti en 1978, le film Centre Forward est une ode en noir et blanc aux crochets courts et aux frappes petit filet. Entre deux scènes de matchs où s'alternent en finesse plans larges et vues rapprochées, on y chante amour de la Patrie, rédemption personnelle et soumission au Juche.


Pour bien comprendre la genèse de ce film trop longtemps censuré, il faut remonter au Mondial anglais de 1966. Etrillés d'entrée par l'URSS, les protégés du sélectionneur Myung Rye-Hyun sont au bord du gouffre. Fierté oblige, ils vont pourtant signer un exploit mémorable, digne des plus grandes épopées. Grâce à une discipline défensive quasi-militaire, ils parviennent à faire déjouer le Chili avant de s'imposer à la surprise générale contre l'Italie, dans un match décisif, grâce à un but légendaire de Pak Doo-Ik. Sensation à Middlesbrough, hallucinations collectives à Pyong-Yang. En quart de finale, une première pour un pays asiatique, les Chollimas prennent feu et mènent 3-0 contre le Portugal, après 25 minutes de jeu. Le moment choisi par Eusébio pour entrer en scène. L'attaquant de Benfica claque un quadruplé monumental en moins de trente minutes et le Portugal s'impose finalement 5-3, après une belle frayeur. Terminus des rêveurs.

Naissance du projet


Qu'importe, les Nord-Coréens se sont découverts des héros à célébrer. Ainsi qu'un penchant tout neuf pour le ballon rond, que Kim Jong Il compte bien faire fructifier. À l'époque, le "cher…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant