Quand la Colombie donne une leçon de football

le
0
James Rodríguez, leader de l'équipe de la Colombie.
James Rodríguez, leader de l'équipe de la Colombie.

Les pays d'Amérique du Sud réalisent une Coupe du monde de haut vol. En tête de liste - aux côtés du Chili -, on trouve la Colombie, leader du groupe C avec deux victoires. Au-delà de la grinta et de la fougue de ses jeunes joueurs, la sélection colombienne impressionne dans ce Mondial grâce à sa faculté à jouer en transition. Lors de ses deux premiers matchs, la Colombie a présenté un 4-2-3-1 avec James Rodríguez (AS Monaco) en position de meneur de jeu et Teo Gutiérrez en pointe. Si sa domination écrasante sur la Grèce (3-0) fut sans appel, sa victoire 2-1 face à la Côte d'Ivoire révèle sa véritable identité de jeu. Les deux équipes ont évolué avec le même schéma tactique, ce qui nous a offert une belle bataille au milieu de terrain et sur les côtés pendant près de 60 minutes, avant que les Colombiens ne sortent de l'impasse et submergent les Éléphants. Le calme avant la tempête Le jeu long est prohibé dans le schéma tactique du sélectionneur José Pekerman. Les Cafeteros pratiquent un football basé sur des passes courtes et rapides, dans lequel les récupérateurs nourrissent de ballons Rodríguez, positionné en 10, qui va ensuite lancer sur les côtés ses ailiers ou chercher dans la profondeur son buteur. Le ballon bouge vite et les Colombiens n'hésitent pas à littéralement contourner un bloc en jouant avec les lignes. En deux mots, écarter pour mieux pénétrer. Cette construction est souvent lente et...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant