Quand la Chine se prépare à la chute de Kim Jong-un

le
0
À la frontière sino-nord-coréenne.
À la frontière sino-nord-coréenne.

Le soutien de la Chine envers le pouvoir nord-coréen est-il sans faille ? Pas si sûr que cela, à en croire un rapport* dévoilé au Japon par Kyodo News. Le document, dont le gouvernement chinois nie l'existence, proviendrait de l'illustre Armée populaire de Chine et révélerait que Pékin, loin de croire à une Corée du Nord éternelle, anticiperait même plutôt la chute de son jeune leader Kim Jong-un et l'effondrement de son régime, basés sur le scénario de l'intervention de "forces étrangères". Évincés militairement par les États-Unis et la Corée du Sud voisine, "les hommes-clés" du régime pourraient trouver refuge côté chinois, rapporte The Telegraph. Là, souligne le quotidien britannique, ils pourraient être "détenus dans des camps spéciaux où ils seraient suivis" et protégés. L'idée de Pékin étant de pouvoir garder un oeil sur ces cadres afin d'éviter que, gonflés de l'esprit de revanche, ils reprennent le combat et mettent ainsi en péril "l'intérêt national de la Chine". "Grave facteur d'instabilité" Priorité serait ensuite faite de contenir un éventuel flot de "millions de réfugiés", poussés sur les routes par les combats dans la péninsule. Pour cela, la Chine envisage consciencieusement la construction de plusieurs camps à sa frontière avec la République populaire démocratique de Corée (RPDC), où les exilés seraient questionnés et identifiés, voire refoulés, s'ils étaient "considérés comme...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant