Quand l'Imperatore régnait sur Milan

le
0
Quand l'Imperatore régnait sur Milan
Quand l'Imperatore régnait sur Milan

Il y a un peu moins de 10 ans, lors de la saison 2005-2006, l'Inter et le Milan AC disputaient l'un des derbys les plus fous de l'histoire. Un derby surtout marqué par l'immense prestation de l'attaquant brésilien Adriano surnommé l'Imperatore (l'Empereur, ndlr). Retour sur un match entré dans la mémoire collective du côté de Milan.

"Adriano était un fuoriclasse, il n'y a pas de doute là-dessus. Il avait cette puissance de frappe incroyable avec son pied gauche. C'était vraiment un joueur qui pouvait faire la différence tout seul et il l'a faite pendant quelque temps. C'était alors un joueur indispensable à l'Inter." Cinq ans après avoir raccroché les crampons, Francesco Toldo garde d'excellents souvenirs de son ex-coéquipier auriverde. D'ailleurs pas question pour lui d'évoquer l'oiseau de nuit, lorsqu'on l'interroge sur le comportement hors des terrains d'Adriano : "C'était un brave garçon, bien éduqué, joyeux. Un vrai bon gars. On parlait souvent ensemble." Malheureusement pour les Nerazzurri, l'attaquant brésilien ne réussira que sporadiquement à exprimer la plénitude de son immense talent. Un rendez-vous manqué avec l'histoire que Toldo ne s'explique pas : "Pourquoi il n'a pas réussi à faire une grande carrière ? Je ne sais pas. Je l'ai perdu de vue ensuite. Mais dans la vie, on ne peut jamais savoir comment les choses vont se dérouler. Dans le football, et le sport en général, on ne peut pas avoir la garantie de réussir parce qu'on a du talent." À défaut, l'Inter et Adriano se contenteront d'une soirée historique où l'Imperatore a régné sur Milan. Flash-back dix ans plus tôt, dans la froideur d'un hiver milanais.

Berlusconi veut jouer


Décembre 2005. Le Milan AC vient de vivre la pire soirée de son histoire, à Istanbul, tandis que l'Inter doit se contenter des seconds rôles lors de cette première moitié de décennie. Les deux cousins milanais sont d'ailleurs déjà distancés par une intouchable Juventus (8 points de retard pour le Milan, 10 pour l'Inter) avant de s'affronter lors de la 15e journée. Ce qui n'empêche pas Silvio Berlusconi, alors président du conseil des ministres pour la deuxième fois, de faire le show en avant-match dans la presse de l'époque : "Je me sens toujours à l'aise lors du derby. Je ne me hasarde pas à faire de pronostics, mais si je devais descendre sur le terrain moi aussi, nos chances de gagner augmenteraient très certainement. À quel poste ? C'est mieux que je ne le dévoile pas. Il y a un risque que quelqu'un soulève un autre conflit d'intérêts." Le profil offensif du Cavaliere ne peut toutefois être d'aucun secours à Carlo Ancelotti qui doit alors faire avec une défense décimée par les absences de…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant