Quand l'image de François Hollande et de l'Élysée sert à se faire de la pub

le
1

HUMEUR - Certains ne reculent devant rien. À l’occasion de la fête du 14 juillet, un site de crowdfunding immobilier a osé un photo montage de François Hollande devant l’Elysée avec un panneau «à vendre, hôtel particulier au coeur de Paris, investissement libre à partir de 1€».

Une pleine page dans Le Parisien. C’est ce que s’est offert deux jours de suite un site de crowdfunding immobilier. Le montage photo avec en arrière-plan l’Élysée montre François Hollande l’air soucieux, tenant une affiche «À vendre, Palais de l’Élysée, hôtel particulier au cœur de Paris, investissement libre à partir de 1 euro». Le moyen, espèrent les jeunes inventeurs du site qui emploie six personnes, de faire parler d’eux.

«Le 14 juillet 1789, les Français ont pris la Bastille. Le 14 juillet 2015, Crowdimo.fr permet aux Français de racheter l’Elysée» claironne même cette publicité.

L’économie participative est à la mode notamment dans l’immobilier et le loueur de voitures Sixt a déjà surfé sur l’actualité politique dans sa communication. On peut être drôle et décalé, mais, là, le bouchon est poussé un peu loin: l’Élysée n’est pas à vendre, c’est France Domaine qui est chargée de vendre l’immobilier dont l’État se sépare et souvent la difficulté n’est pas d’acheter, mais plutôt d’entretenir ce patrimoine. Pas sûr que ce soit toujours une bonne affaire.

Les particuliers doivent être vigilants

«On veut montrer qu’on peut tous ensemble racheter des biens et devenir propriétaires», justifie Alexandre Barbera Mollon, de l’agence Hémisphère Droit concepteur de la campagne. Le nouveau directeur du développement de Crowdimo, arrivé en mai, est tout feu tout flamme et il n’a peur de rien. «Nous demanderons une audience au président de la République pour lui présenter notre projet. L’État peut faire appel à notre structure pour vendre son patrimoine», assène Charley Azoulay. Cette «pétition financière» serait «un acte citoyen»…

Si, comme on l’imagine, l’Élysée ignore cette initiative et si, téméraires, des particuliers font des promesses de dons, où iront-elles? «S’ils sont d’accord, on leur proposera de se reporter sur nos autres produits.» Publicité, quand tu nous tiens…

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • faites_c le mardi 14 juil 2015 à 16:24

    "Le 14 juillet 2015, Crowdimo.fr permet aux Français de racheter l’Elysée" Si on est suffisamment c o n pour croire à cela on comprend mieux que certains tentent le coup! Maintenant il faut être complètement barjeot pour vouloir acheter un bâtiment comme l'Elysée quand on connaît le prix des taxes fonciières et d'habitation à Paris !