Quand l'Atlético lançait la domination du Bayern

le
0
Quand l'Atlético lançait la domination du Bayern
Quand l'Atlético lançait la domination du Bayern

En 1974, Madrilènes et Bavarois se rencontrent pour la première fois. Pas n'importe où, en finale de la Ligue des champions. Alors que l'Atlético mène 1-0 dans la prolongation, la victoire leur échappe. Puis le trophée.

C'est l'histoire d'un triomphe qui aurait pu ne jamais exister. Le mythe fondateur d'un Bayern souverain et dominant. Nous sommes en 1974, la Coupe d'Europe n'a que 19 ans, ne concerne encore que les clubs champions, et cette finale 1974 fleure bon la nouveauté. Les favoris n'ont pas résisté : Juventus, Liverpool, Benfica et surtout l'Ajax, tenant du titre. Difficile alors de dégager un favori entre néophyte à ce niveau. D'un côté, l'Atlético, champion deux fois entre 1970 et 1973, sans oublier la Copa del Generalisimo en 1972, a défait en chemin Galatasaray, le Dinamo Bucarest et l'Étoile rouge de Belgrade, avant de faire tomber le Celtic en demies. L'aller en Écosse fut d'ailleurs des plus volcaniques, avec expulsions et avertissements en masse, pour finir en bagarre générale. De l'autre, le Bayern, celui de Sepp Maier, Franz Beckenbauer, Hans-Georg Schwarzenbeck, Paul Breitner, Uli Hoeness et Gerd Müller, tous champions d'Europe avec l'Allemagne. Si le parcours des Bavarois a été plus tranquille (Åtvidaberg, Dynamo Dresden, CSKA Sofia, Újpesti Dózsa), ils ont le mérite d'être champion depuis une semaine, pour la troisième fois d'affilée, là où les Madrilènes ont fini loin du Barça. Toujours est-il que la confiance est grande côté allemand. Hoeness déclare ainsi : " Nous sommes dans la meilleure position. Nous sommes champions et on jouera encore la Coupe d'Europe, quoi qu'il arrive en finale. Mais l'Atlético doit gagner. " Kicker titre " C'est maintenant ou jamais ". Bizarrement, seul Beckenbauer se méfie : " La raison pour laquelle les gens dans ce pays pensent que l'on va gagner la Coupe d'Europe presque en marchant est un mystère pour moi. Si l'Atlético devait marquer le premier but, cela serait presque impossible pour nous de refaire notre retard. Les Espagnols sont les maîtres dans l'art de sortir l'adversaire de son match avec toutes sortes d'actions théâtrales. "

Sélectionneur contre Nettoyeur


Le jour fatidique arrive. 15 mai 1974. Scène : théâtre du Heysel, 48 722 spectateurs. La représentation n'est pas à la hauteur de l'événement. La pression sans doute. Si les Bavarois commencent plutôt bien, il semble impossible de marquer un but à Miguel Reina, père de, et portier infranchissable encore jamais trompé dans la compétition. La…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant