Quand l'argent du pétrole irakien était détourné

le
0
Le tribunal correctionnel de Paris juge, à partir du lundi 21 janvier, les filières de l'opération « pétrole contre nourriture ».

L'Irak était alors sous embargo. Afin de soulager la population, victime des conséquences de la guerre menée par la coalition occidentale contre Saddam Hussein après l'invasion du Koweït, l'ONU avait imaginé un mécanisme: du pétrole contre de la nourriture - ou, plus exactement, contre des équipements à but humanitaire.

À partir de la fin 1996, le brut irakien réapparaît ainsi sur le marché, sous la surveillance théoriquement stricte des Nations unies. Le produit des ventes, conclues selon un prix spécifique, devait être réparti de la sorte: deux tiers pour le programme humanitaire, un tiers pour l'indemnisation du Koweït.

Seulement voilà, le régime de Bagdad s'empresse de créer une dérivation dans le circuit, au plus grand bénéfice de ses caciques, à commencer par le raïs et ses fidèles séides, comme Tarek Aziz. Des cen...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant