Quand l'antiterrorisme sert à financer? des ateliers de cuisine du monde en prison

le
0
La prison de Fresnes (photo d'illustration).
La prison de Fresnes (photo d'illustration).

La note que nous publions en bas de cet article, tous les directeurs de prison l'ont reçue. Elle donne des indications sur la manière de dépenser les 7,2 millions d'euros de crédits du plan de lutte antiterroriste (PLAT) alloués aux prisons pour l'année 2016. Elle a été rédigée le 16 février par la direction de l'administration pénitentiaire. « Ces moyens supplémentaires permettront à l'administration pénitentiaire de contribuer plus efficacement à la mobilisation collective face à la menace terroriste », annonce d'emblée le document, qui détaille la philosophie des actions à mettre en place.

Ainsi les activités socioculturelles chargées de « promouvoir la citoyenneté et le vivre ensemble » y figurent en bonne place. Les directeurs d'établissements sont encouragés à développer des conférences-débats, des « formations à l'arbitrage », des « ateliers de découverte des cuisines du monde », ou des « actions de médiation animale », une technique qui mobilise des animaux de compagnie pour réduire le stress, les troubles mentaux, physiques ou sociaux.

Parmi les « actions destinées à réduire les facteurs susceptibles de favoriser la radicalisation violente », l'administration lance un appel à projets sur « la mise en ?uvre d'actions centrées sur la conjugalité et la parentalité ». Avant de conclure : « L'action de l'administration pénitentiaire en matière de prévention et de lutte...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant