Quand l'affaire Baupin inspire une campagne de pub

le , mis à jour le
0
L'enseigne Bagelstein critiquée pour son utilisation de l'affaire Baupin. Photo d'illustration.
L'enseigne Bagelstein critiquée pour son utilisation de l'affaire Baupin. Photo d'illustration.

Voilà une campagne qui ne fait pas l'unanimité. Depuis plusieurs jours, de nombreux internautes se révoltent sur les réseaux sociaux contre la marque de restauration Bagesltein. En cause, une campagne d'affichage mise en place dans les rues de Nantes, mettant en scène de faux SMS envoyés par Denis Baupin. Les messages, pouvant être interprétés à double sens, surfent sur les accusations de harcèlement et d'agression sexuels qui pèsent sur le député écologiste. Le but, faire parler de l'ouverture prochaine d'un nouveau restaurant de l'enseigne.

Coups de com provocateurs

Interrogé par Metronews, le cofondateur de Bagelstein, Gilles Abecassis, s'est dit « étonné » par les critiques que génère la campagne. Il explique : « On fait pas mal de communication dans cet ordre-là. Je pensais qu'on apprécierait de voir Denis Baupin moqué. C'est une affaire qui remonte à un mois et demi, que tout le monde a oubliée. Nous, on veut mettre le doigt dessus. On nous dit sexistes, mais c'est l'inverse, on est dans la blague », affirme-t-il.

Il faut dire que l'enseigne est habituée des coups de com provocateurs. Au moment de l'affaire DSK, Bagelstein en avait également fait une campagne : « Ma deuxième adresse préférée après le Sofitel », pouvait-on lire. Un coup de com qui à l'époque, peu médiatisé, n'avait pas créé de polémique. Un an plus tard, l'enseigne surfait sur le scandale Leonarda, qui avait...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant